La dernière folie des Al Saoud !

Les contradictions internes au régime saoudien risquent de plonger toute la région du Moyen-Orient dans une crise encore plus profonde qui aura un impact direct sur la stabilité du Monde. Leur dernière forfaiture est d’avoir exécuté un célèbre opposant politique, Cheikh Nimr Baker Al Nimr, défenseur des droits du peuple de la presqu’ile arabique. Or, cela s’inscrit dans une stratégie plus globale liée au retrait programmé des Etats Unis d’Amérique de la région. Un retrait compliqué pour le trio turbulent la Turquie d’Erdogan, l’Arabie des Al Saoud et « l’entité sioniste ».

Par M.C.Belamine

Et pour comprendre la complexité de la situation pour ce trio, leur défaite stratégique sur tous les terrains de confrontation face à l’alliance du front de la résistance + Russie et Chine, rend infernale pour eux la décision américaine. La couverture et la protection de l’alliance atlantique ne joue plus de la même façon. L’Empire américain a déjà décidé de déplacer l’aire de confrontation vers la zone Asie-pacifique en prévision de l’émergence globale du géant chinois dans les années à venir. Il semblerait que ce choix stratégique prioritaire américain soit plus dicté par un souci de permanence que par l’idée d’une confrontation militaire déjà dépassée sur la base de l’expérience de l’intervention russe en Syrie et le poids du « traité » de Shanghai.

Par ailleurs, une guerre au Moyen Orient ou dans le Sud Est asiatique serait dévastatrice et détruirait définitivement la force de dissuasion militaire américaine, largement entamée en Afghanistan et en Irak, considérant la montée en puissance des capacités militaires des différents protagonistes comme l’Iran, à titre d’exemple au Moyen Orient, qui est par ailleurs également membre de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Une présence militaire forte n’est qu’une autre façon de montrer ses « muscles » pour accompagner un déploiement économique plus convaincant en termes de réalité de puissance. Mais en attendant le déploiement de ses intérêts dans une autre zone, les Etats Unis, n’étant plus en mesure de livrer bataille sur le plan militaire au moins pendant une dizaine d’années, ont besoin d’un degré de nuisance maximale de ses outils régionaux. Ce qui, à défaut d’empêcher que le vide stratégique soit comblé par les puissances régionales en devenir ou que le rôle US précédent soit détenu par la « nouvelle » Russie, le retarderait au maximum. Or le degré de nuisance s’exprime en ce moment sur trois fronts, celui qui oppose l’entité sioniste au Hezbollah, celui qui oppose la Turquie d’Erdogan à la Russie sur les territoires syriens et irakiens et celui qui oppose le régime saoudien à l’Iran.

Samir-Qantar-460x276

L’assassinat récent de Samir Kuntar par les forces sionistes, tout comme l’avion russe abattu par les turcs suivie de l’incursion de l’armée turque en Irak après avoir été interdit de Syrie et enfin l’exécution de Cheikh Nimr par les Al Saoud avec un double objectif, celui de terroriser tous les opposants en interne et créer les conditions d’un choc sunnite/chiite aboutit à un point de non-retour. Il signe la fin de ces trois pays quant à une parcelle d’intérêts au moment de la finalisation des accords du nouveau « Yalta ». Cela signifie en plus clair que leurs accords stratégiques récents, Erdogan/Netanyahou et Erdogan/Salman, visant à leur garantir des intérêts régionaux par une action commune, auront comme effet de les enfoncer dans une crise encore plus grande par un affaiblissement total et leur disparition définitive en tant que puissances régionales.

La ligne rouge a été franchie par les Al saoud. Leur dernière folie signera, à n’en pas douter, leur fin. Et elle entrainera dans sa chute tous ses alliés. C’est très exactement ce que comprennent les principaux membres de l’alliance atlantique qui réagissent avec crainte. Les risques d’une guerre sur plusieurs fronts se font de plus en plus précis. Dans l’idée des Al Saoud, comme de Netanyahou ou d’Erdogan cela amènerait les Etats Unis et l’Otan à s’impliquer directement. Or, les événements qui risquent de se produire chambouleront tous leurs calculs car ils iront crescendo par une paralysie totale de leur capacité de dissuasion, comme l’a été l’entité sioniste en 2006 face à la résistance du peuple libanais. Le front uni soutenu par les peuples de la région s’opposera au front qui aura à convaincre son public de la nécessité de mener la guerre. Or leur guerre ils ne pourront la mener que de concert avec les forces du terrorisme non avec la majorité de leurs peuples qui ne sont pas prêts. Une guerre se gagne ou se perd lorsque le front interne est prêt à se sacrifier, ce qui est le cas de la Russie, de l’Iran ou du Hezbollah.

Russian President Putin gestures during his annual end-of-year news conference in Moscow

Que ce soit en Turquie où la contestation se fait de plus en plus pressante contre le régime d’Erdogan avec un front politique jamais uni et qui sera un gros handicap dès que les pertes humaines s’élèveront et que le front kurde se réveillera. Que ce soit dans la presqu’ile arabique, jamais touché par la moindre guerre mais qui comprendra ce qu’elle signifie dès que l’armée yéménite élèvera son degré de violence sur ses terres et qu’une opposition armée se déclenchera de façon concomitante avec la version locale de Daesh. Tandis qu’en Palestine historique, l’état de la société est à son plus bas avec une intifada de plus en plus inquiétante, une population de plus en plus craintive et terrorisée. Les premiers missiles qui tomberont fractureront la société et provoqueront une vague de fuite vers l’étranger sans précédent. La seule question qui vaille serait de savoir si les forces militaires pourraient rester soudées. L’expérience de la guerre de Gaza, qui ressemble à une balade par rapport à la prochaine sur le sol de la Palestine historique, a montré la fragilité des forces armées sionistes…

Et de toutes les manières, la contre-offensive militaire a déjà commencé sur le front libanais par la dernière opération du Hezbollah sous la bannière des groupes formés par Samir Kuntar. Le lieu, la manière et le moment choisis sont une gifle particulièrement violente pour l’entité sioniste. Toutes les frontières mitoyennes du Liban et de la Syrie sont particulièrement surveillées avec les moyens technologiques les plus sophistiqués. Pourtant, malgré tous leurs efforts de renforcer la sécurité du territoire, la résistance a choisi le lieu censé être le plus sûr et le mieux protégé par les sionistes pour y implanter de puissants explosifs qui déjouent les meilleurs tactiques défensives. Il s’agit là d’un premier avertissement particulièrement violent qui signifie que rien n’est impossible à la résistance et que dorénavant toute guerre future se déroulera sur le territoire de la Palestine historique car la résistance a les capacités de s’y implanter. C’était très exactement le coup fatal qui a détruit le sentiment de sécurité aux plus hautes autorités civiles et militaires ainsi qu’aux hommes de troupes et la manière la plus efficace de « produire » de la démoralisation qui est le premier objectif d’une guerre.

4783820_4_fad4_qassem-soleimani-lors-d-une-rencontre_a397ed38d63ab2845972b53666afe858

Quant aux iraniens, leurs prochaines étapes seront extrêmement douloureuses pour les saoudiens. Cela devrait commencer progressivement par la paralysie de l’environnement économique pour ensuite monter crescendo par le soutien d’une résistance interne, au moins dans l’est du pays, qui se constituera très sûrement, paralysant les moyens économiques stratégiques du pays, tout comme un soutien beaucoup plus ferme au peuple yéménite. A ce jour, les iraniens ont évité de s’impliquer sur le terrain yéménite pour éviter de rendre encore plus complexe les tentatives de solutions locales. Les dernières provocations saoudiennes les obligent à montrer ouvertement et plus fermement leur soutien, au moins humanitaire dans un premier temps, qui soit beaucoup plus évident. Cela s’accompagnera très probablement également par un soutien militaire beaucoup plus discret par la fourniture de matériel militaire avant de briser le blocus en prenant le risque d’une confrontation à laquelle ils se sont déjà largement préparés.

Pour les russes l’affaire est déjà entendue et la Turquie doit s’attendre à subir la stratégie du boa qui étouffe progressivement sa proie sans qu’elle ne puisse réagir. Les différentes étapes et décisions prises par Moscou commencent à montrer leur efficacité. Erdogan se déploie dans tous les sens pour trouver des parades à la guerre économique dans laquelle l’entraine Poutine. Mais dans la stratégie russe, chaque décision est minutieuse, progressive et douloureuse. Rien n’est choisi au hasard tout en laissant une marge aux turcs pour qu’ils s’amendent. Les alliés atlantistes commencent à comprendre la nature de la guerre russe et se positionnent de plus en plus clairement en conseillant aux turcs de faire amende honorable s’ils espèrent continuer à avoir une marge d’influence hors de leurs frontières.

sayed-nimr

Le théâtre des futures confrontations est posé. Les lignes rouges ont été franchies. L’heure H d’une confrontation beaucoup plus vaste, pas forcément militaire dans un premier temps, mais éminemment sécuritaire et tactique, à la portée stratégique, fera basculer l’ensemble. Tout le front de la résistance a déjà pris sa décision de ne pas craindre d’aller à une confrontation militaire régionale. Seyyed Hassan Nasrallah l’a clairement évoqué lors de sa dernière apparition. Et comme il ne parle pas uniquement en son nom mais dans le cadre d’un front commun qui dépasse l’Iran, l’Irak et la Syrie, l’heure des turbulences régionales fera définitivement partie du passé très probablement autour du printemps. Mais en attendant, les semaines à venir seront très chaudes…

M.C.B.

Publicités