Voix algériennes

La poésie, la musique et le chant sont l’âme d’un peuple dont la vitalité nait de sa capacité à la création artistique renouvelée. En cela, l’extraordinaire diversité musicale algérienne, sa richesse et la variété de la chanson algérienne proposées par des maitres, devenus immortels tant ils ont influencé des générations d’artistes, tout cela a façonné en profondeur la société pour lui donner son identité.

Dès lors que la société algérienne a oublié son identité et a trahi son âme, elle en a oublié ce qui faisait sa force, toute la richesse des différentes influences qui l’ont fécondée. Les grands maitres des différents genres musicaux ont été un temps délaissés et oubliés, c’est la société qui en a payé un lourd tribut. Et, ils restent à ce jour les repères essentiels du monde artistique algérien, celui qui peut encore redonner du sens au quotidien et insuffler à nouveau le sens du partage de l’espace de vie…

Le Chaabi, ou chant populaire, a été quasiment inventé par El Hadj M’hamed El Anka الحاج محمد العنقة ou plus précisément l’a consacré. Ce genre musical est un dérivé de l’arabo-andalou. Le maitre interprète dans cet extrait « Youm El Djema’a » (la journée du vendredi)

L’Arabo-andalou est ici incarné par l’un de ses plus célèbres maitres, Dahmane Ben Achour دحمان بن عاشور qui en 1963 interprète « Emmchi Ya Rassoul El Habib » une sorte de louange au Messager de l’Islam.

Le Haouzi, autre dérivé de l’arabo-andalou dont la « prêtresse » est l’inimitable Fadila Dziria فضيلة الدزيرية probablement la plus grande cantatrice algérienne connue.

Le chant Bédouin a été servi par la voix exceptionnelle de Khelifi Ahmed (probablement la plus belle voix masculine algérienne) et la Gasba (flûte) ensorceleuse de Belgacem Lakhdar dit Saad le flutiste (el gassab).

الطرب البدوي الجزائري الأصيل سعد القصاب مع خليفي احمد

Le chant Aurésien est l’expression du cri du cœur venant des maquis de la région montagneuse des Aurès. Son plus célèbre représentant est Aissa Djarmouni عيسى الجرموني il chante « El Karma » dans l’extrait qui suit.

Le chant Kabyle a ses célébrités, mondialement connues, mais également ses très grands maitres incontestés. Or, Cheikh El-Hasnaoui est l’un de ceux-là même s’il reste un des grands maitres du genre Chaabi. Dans l’extrait qui suit, il chante les femmes kabyles (Tiqvayliyin).

Le chant Oranais est mondialement connu par une de ses expressions qu’est le Raï dont Cheb Khaled en était le plus célèbre représentant. Mais le plus grand compositeur et interprète de tous reste Ahmed Wahbi qui interprète l’une de ses plus célèbres chansons, maintes fois reprises par beaucoup de chanteurs, « Wahran Wahran ».

Cheikh Mohamed Ghafour est un maitre du Hawzi et du Gharnati, dérivés de l’arabo-andalou que l’on écoute des deux côtés des frontières algéro-marocaines sous des appellations différentes. Il chante dans cet extrait le très célèbre Welfi Meriem الشيخ الغفور – ولفي مريم

Le chant du nord-est algérien est d’abord une des variantes de l’arabo-andalou, le Malouf. El Hadj Mohamed Tahar Fergani, en est le plus grand maître du genre, et dans cet extrait, il chante « El Taleb »

Chants sacrés (religieux ou Medh). Abderahmane Aziz est le grand représentant de ce genre musical. Il chante dans cet extrait le mois sacré du « Ramadhan ».

Nouvelles générations

Karima Nayt

Le groupe El Dey du nom du quartier Hussein Dey à Alger.

Publicités