A l’amour, à la vie !

Quelques extraits poétiques d’un ouvrage à paraitre, intitulé « Si Dieu le veut, L’été prochain à Alger… » qui revisite, de façon plus ou moins romancée, les tragiques événements algériens de la décennie quatre-vingt-dix. Un récit porté par les voix de deux journalistes contraints à l’exil. Ils se réclament d’une certaine dissidence et abordent différentes questions complexes, qu’elles soient d’ordre sécuritaires, politiques, parfois même métaphysiques. Nous les accompagnons dans leur étonnante évolution jusqu’à la limite de l’absurde.

Tagarins alger2

Les nuits froides

Alger est la femme que j’aime. Passionnément, à la folie. J’aime ses odeurs, j’aime ses rondeurs. J’aime son soleil. J’aime son vent et sa pluie. J’aime ses ruelles, j’aime ses faubourgs. J’aime ses hauteurs, j’aime ses bas-fonds.

Alger, ses nuits et ses jours. Son port de l’angoisse, des paumés, des délaissés et des abandonnés. Alger, ses quartiers de jouissance secrète, de rencontres sans quête. Ses langueurs, ses rancœurs. Alger, son monde noceur.

J’aime sa Casbah mythique et sa côte imprévisible. J’aime son côté moqueur et souvent râleur. Sa passion mystique, ses débordements hystériques.

Je t’aime de passion immodérée, Alger de mon enfance. Blanche écarlate, gouailleuse, revancharde. Passion éternelle qui me prend aux entrailles. Du boulevard du Télemly aux Tagarins, j’admire ta robe soyeuse, ton corps posé comme une reine, exposée aux vents du large où tu m’entraînes.

De la mer je te vois encore étagée comme un fort imprenable; lascive et amoureuse, tu te donnes à tes amants rêveurs et infidèles. Tu as su prendre l’âme de l’artiste, l’étourdir et l’enivrer, te faire aimer et désirer. Tu as su le séduire sans le corrompre.

grande-poste-alger-3-DAlger de ma jeunesse et de mes rêves éternels, de la Grande Poste à El Biar, tu côtoies les hauteurs pour t’élever vers Bouzaréah aux quatre vents. Tu atteins les cimes de la noblesse et tes sommets te portent par le vent, à vol d’oiseau vers Notre Dame d’Afrique.

Par les chemins escarpés tu atteins la porte de la vallée que tu trempes de ton eau limpide. « Mer Blanche Médiane » (Mare Nostrum) à Bab El Oued, porte de la vallée, tu en deviens fière de lui appartenir, cette mer de paix, mère de Bologhine en quête d’histoire et de légende.

Et Kouba, toujours frondeuse, se serre à Hussein Dey, insolente porte de la maison carrée, pour te donner ton âme de révoltée, toi Alger la paix.

Kouba

Un jour de Printemps

Mon amour, voilà des années que je traîne ma misère dans ce pays froid où ta chaleur me manque. Des années que je n’ai pas eu l’occasion de te voir. Les jours passent, les semaines passent, les mois passent et je reste campé dans ma solitude à t’espérer chaque nuit.

Les premiers jours de mon séjour parisien, tu me semblais si loin, un souvenir qui resterait dans ma mémoire. Je te croyais cela. Mais le temps a vite creusé des sillons de nostalgie. Et ma détresse est née de ce manque de toi.

Je crois que jamais je n’aurai pu savoir l’amour que je te porte, sans cette séparation combien douloureuse. Que faire pour atténuer la souffrance qui me déchire chaque fois un peu plus à ton évocation.

Hussein deyJe n’ai plus beaucoup de nouvelles de toi. Je ne sais plus très bien comment tu vas. Et pourtant, j’espère secrètement, de plus en plus fort que rien ne t’arrive et que l’on puisse t’aimer depuis mon absence comme je t’aime aujourd’hui, plus fort encore demain.

Mon amour, je porte ma douleur en moi et je la traîne dans la souffrance, renouvelée chaque fois un peu plus. C’est mon calvaire, je le vis dans la déchirure. Rien ne peut l’atténuer. Voudrais-je penser à autre chose ou croire à ma guérison que ton absence me le rappellerait cruellement.

Parfois, le poids du souvenir devient si atroce que je crois en perdre la raison. Ma souffrance atteint alors des limites que je ne croyais pouvoir supporter. Et je me perds dans le délire de la nuit. Et j’invoque tous les guérisseurs pour venir me secourir. Moi, le malade d’amour et « d’irraison ». Halluciné par la souffrance mille fois répétée.

J’en conjure tous les Djinns de s’associer à mon malheur et je ne trouve que la solitude pour remuer la douleur. Cruel destin que celui qui me fait perdre toute mesure. Et je vogue en pleine folie. Cette passion qui me ravit la raison.

Alger hauteursTe voir, te caresser de mes yeux, adorer ton image, te humer pour te sublimer. C’est cela qui me maintient encore en vie. Car je te porte dans mes entrailles et tu vis en moi. Toi ma passion qui prends ma raison. Passion de toi et de tes odeurs. Passion de toi et de tes rêves. Passion de toi et de ta vierge blancheur. Toi ma vie. Je suis né en toi, par toi, pour toi aujourd’hui. Mon angoisse et ma peur aujourd’hui. Ma terrible crainte, ma grande frayeur. Te mériterai-je?

Pourtant, je le jure, toutes ces années durant je t’avoue fidélité. Toutes ces années durant, il est vrai, j’ai tu ma passion. Toutes ces années durant, je le reconnais, je ne t’ai pas souvent évoqué. Pourtant, je te le jure, tu as été ma blessure. Ma profonde blessure. De celles qui torturent. De celles qui usent. Et je dois m’avouer vaincu car je renonce à ma fierté de te posséder. Tu me possèdes. Tu m’habites. Tu es en moi et je me sens ton esclave. Je me sais à tes pieds.

Notre Dame d'AfriqueJ’irai construire tous les temples de la passion pour me donner à toi. Pour me prosterner même dans tes rêves. Tu seras ma déesse et je serai ton esclave. J’effacerai de mes mains douloureuses tes larmes. Celles de mon absence. Celles de ta souffrance. Et je construirai pour toi d’autres rêves, car je saurai en construire. J’irai veiller sur ta nuit et je serai ton ombre le jour.

J’attendrai et je ne cesserai d’attendre. De nuit, de jour et partout à la fois. J’attendrai que tu me fasses signe. J’attendrai le moindre de tes gestes. Que tu me dises viens. Que tu me dises va. J’attendrai encore et encore; et j’espère secrètement, humblement, au fond de moi-même, impatiemment, dans la plus grande excitation.

Je l’espère mon Amour ; je l’espère mon Amour. Peut-être n’est-ce qu’un rêve, qu’un songe ou alors qu’une illusion. Mais au fond de moi, je le dis, je le répète, je me le suggère. Nuit et jour, matin et soir. Dehors, dedans; debout, assis et dans quelque situation…

SI DIEU LE VEUT, L’ÉTÉ PROCHAIN Ô ALGER…

E. B.

Publicités