Les bactéries tueuses !

On nous annonce un avenir sombre, les antibiotiques censés nous protéger contre les bactéries deviennent nos « pires » ennemis ! Que cachent donc ces sombres présages ? Après le terrorisme, affaire d’état par excellence, qui s’est abattu sur les sociétés voilà donc notre santé en danger, menacée par nos « excès » et c’est le gouvernement britannique qui nous le « promet » littéralement.

Chaque fois qu’une annonce de ce type est médiatisée, la suite est presque écrite dans le ciel. Cela rappelle le terrorisme contre lequel « luttaient » américains, britanniques, français et tout le camp « otanesque » mais qui prenait de l’ampleur jusqu’à ce que la Russie et ses alliés iraniens, syriens, irakiens et chinois (de loin) mettent « la main à la pâte ».

Bref, l’effet d’annonce est ce qu’il est, mais qu’est la réalité ?

Pire que le cancer: elles feront dix millions de morts par an en 2050

Les bactéries devient résistantes aux antibiotiques, et les scientifiques peignent un sombre tableau: dix millions de décès par an, soit un toutes les trois secondes, pourraient être causés par la résistance aux antibiotiques à l’horizon 2050.

10 millions de décès en 2050, soit plus que le cancer aujourd’hui. Chargé par le gouvernement britannique d’enquêter sur la résistance aux antibiotiques depuis un an et demi, l’économiste Jim O’Neill tire le sonnet d’alarme dans son rapport final.

Un scientifique
© Fotolia/ Alexander Raths


La résistance aux antibiotiques, également appelée l’antibiorésistance, survient lorsqu’une bactérie évolue et devient résistante aux antibiotiques utilisés pour traiter les infections comme la salmonelle ou le bacille intestinal.

Dans son rapport, il appelle à un changement drastique dans la manière d’utiliser les antibiotiques en raison de la surconsommation et d’une mauvaise utilisation qui entraîne une baisse de l’efficacité des antibiotiques.

« Il faut arrêter de prendre des antibiotiques comme des bonbons« , a souligné Jim O’Neill en proposant un paquet de mesures et une campagne de sensibilisation du public à mettre en œuvre dans tous les pays.

Le programme peut comprendre plusieurs étapes: établir un fonds de recherche de 2 milliards de dollars, réduire fortement l’utilisation des antibiotiques dans l’élevage ou encore de récompenser les laboratoires qui concevront un nouvel antibiotique avec une prime d’un milliard de dollars.

Depuis le début du lancement de l’étude à la mi-2014, plus d’un million de malades sont morts à cause d’une infection liée à la résistance aux antibiotiques, souligne le rapport.

Source : Pire que le cancer: elles feront dix millions de morts par an en 2050

Publicités