L’OTAN et le terrorisme, encore et toujours…

Chaque fois que « l’Empire » est confronté à un adversaire, il adopte la stratégie de la tension pour faire passer son agenda en utilisant les mêmes outils et le même « modus operandi ». Le Luxembourg, la Belgique et l’Italie ont eu à connaitre ce que la France et à un degré moindre l’Allemagne connaissent actuellement en Europe. Le plus extraordinaire est que la stratégie reste la même, terroriser les populations et les convaincre de l’ennemi désigné qui correspond très exactement à celui que l’Otan entend faire plier. Or, dans le cas présent, le Monde musulman est l’ennemi que s’étaient choisis les États Unis depuis la fin du pacte de Varsovie lors de la très symbolique chute du Mur de Berlin en novembre 1989.

Par M.C.Belamine

Rappelons-nous, les protagonistes essentiels étaient des mercenaires, de ce qui allait devenir Al Qaïda, recrutés par la CIA via ses « agences-bis » du monde arabo-musulman, les services de renseignement d’un certain nombre de pays, dont essentiellement celui de l’Arabie des Al Saoud. C’est cette « milice armée » qui « terrassera » l’Armée Rouge en Afghanistan, accélérant la mise à genoux de l’ogre soviétique. Mais il est vrai, ils étaient à l’époque les « soldats de la liberté » du système médiatique occidental. L’URSS y avait alors laissé des plumes et allait s’écrouler. L’ère d’une domination américaine sans partage pouvait commencer!

La fin de l’URSS correspond à une forme de réveil de la conscience des peuples musulmans souhaitant s’émanciper des tutelles pesantes, le Mouvement des non-alignés, troisième A. Nasser and A. Sukarno Toast with J. Nehruvoie née en avril 1955 à Bandoeng en Indonésie, était incapable de les affranchir. Les sociétés musulmanes étaient inspirés par la révolution iranienne qui avait immédiatement désigné l’ennemi des peuples « le grand satan » américain et son satellite « l’entité sioniste ». L’Iran ne faisant pas les choses à moitié ouvrait dans la foulée la première Ambassade palestinienne, Yasser Arafat se voyait ainsi remettre les clefs du siège de l’ancienne ambassade de l’entité sioniste. L’Iran qui cherchait dans un premier temps à faire insuffler l’esprit révolutionnaire au Monde musulman en faisant de « sa » révolution une révolution mondiale devenait pour ses ennemis un dangereux adversaire quant au leadership du monde musulman.

Pour l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), bras armé de « l’Empire », cet adversaire était le grain de sable qui l’empêcherait de finaliser sa domination totale de l’ensemble de la planète en la déviant de son objectif qui aurait été de se concentrer sur la « menace » chinoise. Il faut se rappeler que le Moyen Orient est la clef de la domination du monde. Or, l’alliance stratégique nouée entre la Syrie et l’Iran aux débuts des années quatre vingt, deux pays qui ont fait de la cause palestinienne l’essence même de leur profondeur stratégique et de leur politique étrangère, nécessite l’adaptation de l’approche géopolitique de l’Empire dans cette région. Une alliance renforcée en février 2010 par le sommet de Damas entre les présidents syrien et iranien avec le chef du Hezbollah. L’endiguement de l’Iran et le lancement des « printemps arabes » auraient dû mettre un terme à ce contretemps mais cela a, en réalité et au moins provisoirement, mis un terme aux projets initiaux, d’autant que le retour par la grande porte sur la scène internationale de la Russie complique grandement la stratégie de démantèlement des adversaires du projet impérial.

Cela ne signifie pas que le projet essentiel du Choc des Civilisations prôné par les néoconservateurs américains, idéologues de l’oligarchie financière, et porté par leur bras armé est ajourné. Le projet est aujourd’hui toujours à l’œuvre par le recyclage idéologique de ceux qui ont servi à démanteler l’ennemi « intime » communiste hier. Il suffit de comprendre ce que l’on entend par le Choc des Civilisations pour comprendre qu’une Choc des civilisationsingénierie est à l’œuvre pour appliquer à la lettre la stratégie qui nous y amène. Morceler ou au moins affaiblir les États « ennemis » et convaincre les États « amis », du moins leurs populations, qu’il ne saurait y avoir d’échappatoire à la fatalité d’une guerre qui opposerait les « barbares musulmans », puisque c’est de leur rang que viendrait le « mal », à l’occident civilisé, puisqu’à la fois raffiné et victime. Cela rappelle très exactement la pensée du concepteur de l’entité sioniste, Theodore Herzl.

Que l’on s’accorde au moins sur une chose, Daech, celui par lequel basculent toutes les politiques publiques de sécurisation à outrance des sociétés européennes et non-européennes, n’est pas le produit de la providence. Comme pour toute organisation il a besoin de cadres, de logistique, de moyens financiers et humains colossaux pour parvenir à s’imposer, il a également besoin d’information et de puissants relais comparables à ceux d’états. En plus clair, des moyens de communication efficaces et très professionnels. Ce ne peut donc être le résultat de décisions de petits groupes ou de simples milices qui sont en mesure de bâtir la structure d’un État, tel qu’on le présente le plus sérieusement du monde. Ainsi, en moins d’une année Daech serait devenu d’une telle puissance qu’il faudrait une coalition mondiale pour espérer le vaincre!

Lorsque l’on sait qu’il a fallu plus de trente ans à une formation telle que le Hezbollah au Liban pour bâtir sa puissance avec le soutien et l’appui officiel d’au moins deux pays, la Syrie et l’Iran, mais qui ne prétend même pas être en mesure de gérer un état, on comprend combien la communication, qui s’apparente à du « storytelling », sur le danger supposé mortel et quasi mythique d’une formation sortie du néant n’est que le fruit d’une stratégie globale mise en route et dont l’outil essentiel sert de cache-sexe à toutes les opérations montées par des stratèges très performants qui utilisent des baroudeurs professionnels habitués aux opérations sous faux drapeaux. Faut-il également rappeler que l’élite de l’armée mercenaire de Daech ou « État Islamique » est composée d’anciens officiers irakiens bien loin de partager une quelconque idéologie inspirée de l’Islam…?

Le combat de la puissance impériale étatsunienne, et ses outils européens et occidentaux, alliée à l’oligarchie financière est un combat de vie ou de mort. Le multilatéralisme des BRICS, alliés au front de la résistance qui englobe l’Iran, l’Irak et la Syrie, mais également le Yémen, l’Algérie et quelques autres pays d’Amérique du Sud, est également un choix politique de survie. Deux projets s’affrontent pour faire émerger un nouvel ordre mondial. Pour les uns, il s’agit de domination sans partage, pour les autres il s’agit de permettre au genre humain de survivre et de se prendre en charge. Et en « fond d’écran », presque comme une image subliminale, apparait la question essentielle qui résume à elle seule le sens de l’Histoire et la raison d’être de l’affrontement global, au delà de la domination du monde : la Question palestinienne et la survie de l’entité sioniste. Le nouvel ordre mondial qui prédominera dépendra essentiellement de l’avenir de la Palestine historique…

M.C.BELAMINE

Les films qui suivent racontent par le menu détail comment des armées secrètes dirigées par l’Otan ont mis le feu à plusieurs pays européens à une époque où l’Union soviétique était l’ennemi « mortel » de la « liberté » selon la version américaine. On les appelait les « stay behind« , autrement dit les réseaux dormants, avec des versions différentes selon les pays. Et on en arrivait à toujours accuser les exécutants sans remonter aux donneurs d’ordre et aux cerveaux des opérations, sans faire le lien avec le but réel et l’agenda mis en place. Car enfin, lorsqu’il y a crime la première question que se posent les experts n’est-elle pas « à qui profite le crime »?

Doc 1950-1990 – Le scandale des armées secrètes de l’OTAN

Source : Doc 1950-1990 – Le scandale des armées secrètes de l’OTAN – YouTube

Stay-behind / Gladio – Retour aux sources

Source : Stay-behind / Gladio – Retour aux sources – YouTube

Publicités