Comment l’Empire menace l’Algérie !

Après avoir tout essayé pour déstabiliser l’Algérie, l’alliance atlanto-sioniste utilise aujourd’hui la guerre psychologique en faisant croire que Daech, « l’enfant de Barack Obama et d’Hillary Clinton », serait en mesure de frapper l’Algérie par les airs grâce à une maitrise technologique et une capacité dignes d’une grande puissance. Pour cela, il utilise des relais qui font circuler « l’information » censée effrayer les autorités et la population algériennes pour affaiblir leur volonté de rester souverain sans rien céder à l’expansion de l’Empire depuis le verrou algérien de l’Afrique comme l’est la Syrie pour l’Eurasie. Cela nous rappelle que les États Unis avaient tenté de convaincre l’Algérie en 2014 d’installer une base de drones censée surveillée la version libyenne de Daech.

Le plus étrange dans l’affaire c’est de façon quasi concomitante qu’intervient une charge diplomatique marocaine agressive pour sa réintégration au sein de l’Union Africaine et les visites largement médiatisées du souverain du Maroc en Russie et en Chine (deux partenaires essentiels de l’Algérie et de la Syrie), enfin intervient la reconnaissance par Rabat de la construction d’un « mur » à la frontière algéro-marocaine pour officiellement «se protéger des menaces terroristes» alors que l’Algérie est engagée depuis quelques années à une guerre totale contre les barons du narcotrafic international depuis la frontière marocaine et réplique également par la construction d’un mur. Tout cela ressemble à une stratégie globale mûrement réfléchie de portée géopolitique majeure qui dépasse largement le cadre très local d’un contentieux algéro-marocain aisément surmontable s’il ne s’agissait que de l’intérêt des deux peuples, notamment lorsque l’on sait la place importante qu’a toujours occupé le Maroc dans la géopolitique américaine.

En réalité, les événements se précipitent sur tous les fronts avec pertes et fracas pour l’alliance atlantique et ses associés. La Syrie et l’Irak sont perdus, le Yémen est également sur le point de l’être. L’Arabie des Al Saoud « court » littéralement à sa fin, l’entité sioniste n’a plus de parrain pour assurer sa sécurité. Sans oublier le divorce presque définitif des peuples européens avec l’Union Européenne, cette « idée » très américaine de domination de l’Europe. Que reste-t-il alors à l’Empire pour continuer à dominer le monde et surtout à préparer son affrontement inéluctable futur avec l’alliance sino-russe avec une petite chance de vaincre ?

L’Algérie craint des frappes de drones de «Daech»

drone-daech550Les États-Unis, comme plusieurs pays européens, avaient exprimé à plusieurs reprises leurs craintes de voir le groupe terroriste «Daech» mener des attaques moyennant des drones dotés d’explosifs ou de missiles. Aujourd’hui, c’est en Algérie que la crainte se manifeste.

Selon le journal algérien Al Khabar qui cite une source militaire algérienne, le pays, comme la Tunisie voisine, serait confronté à un nouveau danger de «Daech». Ce danger ne se limite plus à des fuites d’armes et de personnes à travers la frontière avec la Libye. On parle désormais également de drones chargés d’explosifs. Ces drones, selon Al Khabar, seraient développés par «Daech» et pourraient toucher des cibles à la frontière comme les installations pétrolières.

Toujours selon le journal, l’un des principaux buts des frappes américaines en Libye était de détruire des ateliers en banlieue de Syrte où «Daech» est soupçonnée de développer ces drones.

Au mois de juillet, le Daily Telegraph britannique, reprenant des informations du Pentagone, estimait déjà que «Daech» constitue un danger grandissant avec ses drones doté de caméras ou de charges explosives. Plusieurs spécialistes d’armes modernes excluent cependant une telle possibilité pour le moment.

Habituellement, «Daech» utilise des drones pour espionner les armées ou pour faire sa propagande. La première fois que «Daech» a filmé une opération, c’était en Syrie au mois d’août 2014. L’organisation avait filmé l’aéroport de Tabqa avant de l’attaquer et d’en prendre le contrôle. En Irak, ces drones sont utilisés par «Daech» de façon systématique, indique un responsable de l’armée irakienne joint par RFI. En Libye, la dernière opération suicide du 2 août à Benghazi a été également filmée par un drone.

Source : L’Algérie craint des frappes de drones de «Daech»

Publicités