Curcuma, l’épice miraculeuse !

Les nombreux bienfaits du curcuma

Le curcuma est une épice aux multiples vertus préventives comme curatives. Excellent pour la digestion, le curcuma a aussi la capacité de diminuer les inflammations, prévenir le cancer et protéger le cerveau de la maladie d’Alzheimer.

(…)  Ces derniers temps, le curcuma est, comme le safran qu’il remplace souvent, au centre de nombre d’études phytothérapeutiques. En particulier la curcumine, l’un de ses composants principaux, qui pourrait grandement contribuer à la prévention des cancers.

Cela s’explique par la capacité de cette molécule à lutter contre le stress oxydatif – responsable de la dégénérescence cellulaire – mais aussi contre l’inflammation qui, lorsqu’elle est chronique, entraîne des dysfonctionnements immunitaires et métaboliques en chaîne. Deux situations qui sont étroitement liées à l’apparition et au développement des tumeurs.

les-nombreux-bienfaits-du-curcuma-plantes-et-sante_w728_h410_r4_q70Ces vertus préventives fonctionneraient ainsi contre nombre de cancers, notamment contre ceux de la sphère ORL, du poumon et du sein. Il aurait aussi un effet résolument bénéfique dans la réduction de la néoplasie intra-épithéliale, un état précancéreux de la prostate.

Toutefois, ces propriétés peuvent aussi vous servir si vous n’êtes pas gravement malade : parce qu’elle est antioxydante, la curcumine permet de prévenir le vieillissement cellulaire. D’autre part, de récentes études montrent qu’un traitement à base de curcumine conduirait à une amélioration des symptômes en cas de polyarthrite inflammatoire et à une diminution des inflammations postopératoires. (lire la suite)

Cancer du côlon : les bienfaits du curcuma

curcumaSelon une équipe de chercheurs de l’Université de Saint-Louis aux États-Unis, la combinaison de la curcumine et de la silymarine aurait des effets thérapeutiques sur le cancer du côlon.

La combinaison de la curcumine et de la silymarine

Lutter contre le cancer du côlon grâce à des antioxydants naturels, c’est possible. Une étude publiée dans la revue médicale Journal of Cancer révèle en effet que la combinaison de la curcumine, présente dans le curcuma en poudre, connue pour ses vertus anti-inflammatoires, et la silymarine, extraite des graines du Chardon-Marie, serait capable d’arrêter la prolifération des cellules cancéreuses du cancer du côlon.

En laboratoire, les chercheurs de l’Université de Saint-Louis ont pu constater que l’association de ces deux antioxydants naturels provoquait l’arrêt de la multiplication des cellules cancéreuses, leur propagation, mais aussi leur élimination. Mais ils n’ont pas encore réussi à déterminer la quantité nécessaire qu’il faudrait administrer à l’homme. Car en trop grande quantité, la curcumine et la silymarine pourraient être nocives.

Une approche thérapeutique alternative prometteuse

« C’est une approche thérapeutique alternative prometteuse, aux traitements médicamenteux standards qui vient d’être identifiée, exempte de problèmes de toxicité et d’effets secondaires », s’est félicitée Amanda Montgomery, du Département de nutrition et diététique de l’Université Saint Louis.

En septembre 2014, une équipe de chercheurs de l’Université Ludwig Maximilian de Munich, en Allemagne, avait déjà mis en lumière que les bienfaits de la curcumine pour prévenir les métastases des cellules cancéreuses dans le cancer du côlon. Ils avaient aussi révélé que le curcuma renforçait l’efficacité des chimiothérapies dans le traitement de ce même cancer.

Source : Cancer du côlon : les bienfaits du curcuma

Curcuma (extraits)

curcuma-nuNom commun : curcuma.
Noms botaniques : Curcuma longa. On utilise également d’autres espèces de curcuma, telles que C. domestica, C. aromatica, C. xanthorrhiza, etc., famille des zingibéracées.
Nom anglais : turmeric.
Nom chinois : Jianghuang.

Indications

En traitement

Prévenir le cancer et contribuer à son traitement. Traiter les ulcères de l’estomac et les maladies inflammatoires. Réduit l’hyperlipidémie et le risque de maladies cardiovasculaires. Soigne la gingivite Prévient le diabète de type 2 et réduit l’inflammation chez les patients diabétiques souffrant de néphropathie. Améliore la performance cognitive chez les patients Alzheimer.

Traiter les troubles digestifs.

Traiter les ulcères de l’estomac et les troubles du foie. Soulager les maladies inflammatoires (arthrite rhumatoïde). Usage externe – Traiter les inflammations de la peau et les blessures.

Historique du curcuma

Le curcuma est une plante herbacée vivace originaire du sud de l’Asie. Son rhizome séché et réduit en poudre est une épice très populaire. Le curcuma, nommé haridra en sanscrit, est un des principaux ingrédients du cari, un mélange d’épices omniprésent dans la cuisine indienne. En Asie, on a depuis longtemps découvert qu’ajouter du curcuma aux aliments permettait de conserver leur fraîcheur, leur saveur et leur valeur nutritive.

Ainsi, bien avant l’époque des conservateurs synthétiques, le curcuma jouait un rôle primordial comme additif alimentaire. Son nom chinois, Jianghuang, signifie « gingembre jaune », une allusion à sa ressemblance avec le gingembre, une plante de la même famille, et à la remarquable couleur de son rhizome qu’on a utilisé comme colorant et teinture.

En médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l’Inde), de même que dans les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon, de la Thaïlande et de l’Indonésie, le curcuma est utilisé pour stimuler la digestion, notamment parce qu’il augmente la sécrétion biliaire. En fait, ces propriétés sont universellement reconnues, si bien que le rhizome est commercialisé dans le monde entier.

Au cours des dernières décennies, on a isolé, dans les rhizomes du curcuma, des substances auxquelles on a donné le nom de curcuminoïdes (la curcumine constitue environ 90 % de ces composés). Il s’agit d’antioxydants très puissants, qui pourraient expliquer un certain nombre des indications médicinales traditionnelles de cette plante, notamment pour le traitement de divers troubles inflammatoires dont les douleurs rhumatismales ou menstruelles. En Asie et en Inde, il est également utilisé de façon topique pour accélérer la guérison des ulcères, des blessures ainsi que des lésions causées par la gale et l’eczéma, par exemple.

Recherches sur le curcuma

varices-oesophagiennes-ligature-endoscopieUlcères gastroduodénaux. Les études in vitro et sur des animaux indiquent que le curcuma a des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique et qu’il peut détruire ou inhiber la bactérie Helicobacter pylori, responsable de la plupart des ulcères gastriques et duodénaux(1-3). D’un point de vue clinique, les études sont rares et leurs résultats encore peu concluants(4-6). Toutefois, dans l’une d’entre elles, réalisée sans placebo, le taux de guérison a été de 75 % avec des doses de 3 g de curcuma par jour durant 12 semaines(4).

Maladies inflammatoires chroniques. En Inde et en Chine, on utilise le curcuma depuis très longtemps pour ses propriétés à contrer l’inflammation. Des essais in vitro et sur des animaux ont donné des résultats positifs pour le traitement de la colite ulcéreuse, de l’arthrite rhumatoïde et de la pancréatite(7,8,12). Chez l’humain, les données sont encore parcellaires et il faudra attendre les résultats de plusieurs essais cliniques en cours pour se faire une idée plus exacte de son efficacité.

Arthrite. Comparée à des anti-inflammatoires classiques, la curcumine (1 200 mg par jour) s’est montrée aussi efficace que la phénylbutazone dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde(10). Quant au curcuma, des doses de 2 g par jour pendant 6 semaines ont produit des effets comparables à l’ibuprofène (800 mg par jour) sur des personnes souffrant d’arthrose(17). De bons résultats ont aussi été obtenus avec de la curcumine (200 mg par jour pendant 8 mois) couplée à de la phosphatidylcholine (Meriva®) afin d’améliorer son absorption par l’organisme(18).

Maladies inflammatoires des intestins. Un extrait normalisé de curcuma a été utilisé avec succès chez des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable(15). Les 2 doses testées, équivalentes à 72 mg et 144 mg de curcumine par jour, ont permis de réduire les symptômes et d’améliorer le confort des malades. Il est à noter qu’un essai de plus grande envergure est en cours aux États-Unis(16).

intestinDans une autre étude avec des patients atteints de colite ulcéreuse, la curcumine à raison de 1 g 2 fois par jour, en plus du traitement habituel (sulfasalazine ou mézalamine), a limité le nombre de crises aiguës de la maladie pendant les 6 mois qu’a duré le traitement(11). Les manifestations cliniques ont également régressé. Ces résultats confirment ceux obtenus au cours d’un essai préliminaire qui avait également montré des effets de la curcumine sur la maladie de Crohn(19).

En 2011, une revue(20) a analysé l’efficacité du curcuma (360 mg  2 à 3 fois par jour pendant 3 jours) sur les maladies inflammatoires intestinales, en combinaison avec les traitements standard. Il apparaît que cette combinaison curcuma-traitement standard réduit significativement les symptômes et les marqueurs de l’inflammation (par exemple la protéine C-réactive). Cependant, les effets du curcuma seul ne sont pas connus et le nombre limité de participants ne permet pas de tirer des conclusions définitives.

Par ailleurs, le curcuma et la curcumine ont donné des résultats encourageants pour le traitement des d’oedèmes post-opératoires(9) et de certaines inflammations de l’oeil(13,14).

Maladies cardiovasculaires. Une seule étude a été menée à ce jour pour évaluer si l’exercice physique, combinée ou non à une consommation de curcuma (150 mg par jour, Theracurumin™; Theravalues, Japon) chez des femmes post-ménopausées souffrant d’une anomalie du ventricule gauche. Les résultats indiquent que le curcuma combiné à l’exercice physique réduit significativement la masse corporelle des participantes, l’indice de masse corporelle ainsi que la pression sanguine aortique(21). D’autres études plus poussées sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Gingivite. Une étude randomisée indique qu’un rince-bouche à base de curcuma diminue la contamination bactérienne de manière aussi efficace que la chlorhexidine chez des sujets (N=100) ayant une inflammation de la gencive(22).

Diabète. Deux études(23) ont rapporté un effet éventuel préventif du curcuma dans la survenue d’un diabète. Dans la première étude, les participants ont été répartis en deux groupes : le premier recevait un placebo alors que le second prenait trois capsules par jour de curcuma (750 mg) deux fois par jour pendant 9 mois. L’extrait de curcuma contient entre 75 et 85% de curcumoides. Après neuf mois de traitement, 16% des participants du groupe placebo ont développé un diabète, alors qu’aucun de ceux traités avec le curcuma n’a présenté cette pathologie. De plus, les individus traités avec le curcuma ont vu leur poids diminué, ainsi que leur tour de taille et leur glycémie plasmatique à jeun.

Une seconde étude(24) a évalué les effets du curcuma (22 mg trois fois par jour pendant 2 mois) chez des patients diabétiques avec une néphropathie (n=40), dont certains présentaient une insuffisance rénale à un stade très avancé. Comparés au groupe placebo, les patients traités présentaient une diminution de l’excrétion des protéines urinaires ainsi qu’une baisse des niveaux de IL-8 (une molécule reflétant une infection) et de TGF-β (un facteur de croissance anormalement exprimé dans le diabète avec néphropathie).

Notes

1. Antimicrobial activity of curcumin against Indian Helicobacter pylori and also during mice infection. De R, Kundu P, et al. Antimicrob Agents Chemother. 2009 Feb 9.

2. Comparative antiulcer effect of Bisdemethoxycurcumin and Curcumin in a gastric ulcer model system. Mahattanadul S, Nakamura T, et al. Phytomedicine. 2009 Jan 31

3. Curcuma longa extract protects against gastric ulcers by blocking H2 histamine receptors. Kim DC, Kim SH, et al. Biol Pharm Bull. 2005 Dec;28(12):2220-4. Texte intégral : http://www.jstage.jst.go.jp

4. Prucksunand C, Indrasukhsri B, et al. Phase II clinical trial on effect of the long turmeric (Curcuma longa Linn) on healing of peptic ulcer.Southeast Asian J Trop Med Public Health 2001 Mar;32(1):208-15.

5. Kositchaiwat C, Kositchaiwat S, Havanondha J. Curcuma longa Linn. in the treatment of gastric ulcer comparison to liquid antacid: a controlled clinical trial. J Med Assoc Thai. 1993 Nov;76(11):601-5. No abstract available. Étude mentionnée par : Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Turmeric, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 29 mars 2011]. http://www.naturalstandard.com

6. Van Dau N, Ngoc Ham N, et al. The effects of a traditional drug, turmeric (Curcuma longa), and placebo on the healing of duodenal ulcer. Phytomedicine. 1998;5:29-34. Étude mentionnée par : Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Turmeric, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 29 mars 2011]. http://www.naturalstandard.com

7. Antioxidant and anti-inflammatory properties of curcumin. Menon VP, Sudheer AR. Adv Exp Med Biol. 2007;595:105-25. Review.

8. Chainani-Wu N. Safety and Anti-Inflammatory Activity of Curcumin: A Component of Tumeric (Curcuma longa). J Altern Complement Med. 2003 Feb;9(1):161-8.

9. Satoskar RR, Shah SJ, Shenoy SG. Evaluation of anti-inflammatory property of curcumin (diferuloyl methane) in patients with postoperative inflammation.Int J Clin Pharmacol Ther Toxicol 1986 Dec;24(12):651-4.

10. Deodhar SD, Sethi R, Srimal RC. Preliminary study on antirheumatic activity of curcumin (diferuloyl methane). Indian J Med Res. 1980 Apr;71:632-4. No abstract available. Étude mentionnée dans : The Linus Pauling Institute. Curcumin, Micronutrient Information Center. Curcumin [Consulté le 29 mars 2011] http://lpi.oregonstate.edu

11. Curcumin maintenance therapy for ulcerative colitis: randomized, multicenter, double-blind, placebo-controlled trial. Hanai H, Iida T, Takeuchi K, et al. Clin Gastroenterol Hepatol. 2006 Dec;4(12):1502-6.

12. Anti-inflammatory properties of curcumin, a major constituent of Curcuma longa: a review of preclinical and clinical research. Jurenka JS. Altern Med Rev. 2009 Jun;14(2):141-53. Review.

13. Lal B, Kapoor AK, et al. Efficacy of curcumin in the management of chronic anterior uveitis.Phytother Res 1999 Jun;13(4):318-22.

14. f. Lal B, Kapoor AK, et al. Role of curcumin in idiopathic inflammatory orbital pseudotumours. Phytother Res. 2000 Sep;14(6):443-7.

15. Turmeric extract may improve irritable bowel syndrome symptomology in otherwise healthy adults: a pilot study. Bundy R, Walker AF, et al. J Altern Complement Med. 2004 Dec;10(6):1015-8.

16. US National Institutes of Health. Curcumin (Tumeric) in the Treatment of Irritable Bowel Syndrome: A Randomized-Controlled Trial (CuTIBS) [Consulté le 29 mars 2011] http://clinicaltrials.gov

17. Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts in patients with knee osteoarthritis. Kuptniratsaikul V, Thanakhumtorn S, Chinswangwatanakul P, Wattanamongkonsil L, Thamlikitkul V. J Altern Complement Med. 2009 Aug;15(8):891-7.

18. Efficacy and safety of Meriva®, a curcumin-phosphatidylcholine complex, during extended administration in osteoarthritis patients. Belcaro G, Cesarone MR, et al. Altern Med Rev. 2010 Dec;15(4):337-44.

19. Curcumin therapy in inflammatory bowel disease: a pilot study. Holt PR, Katz S, Kirshoff R. Dig Dis Sci. 2005 Nov;50(11):2191-3.

20. Taylor, R. A. and Leonard, M. C. Curcumin for inflammatory bowel disease: a review of human studies. Altern Med Rev. 2011;16(2):152-156. View Abstract

21. Sugawara, J., Akazawa, N., Miyaki, A., Choi, Y., Tanabe, Y., Imai, T., and Maeda, S. Effect of endurance exercise training and curcumin intake on central arterial hemodynamics in postmenopausal women: pilot study. Am J Hypertens. 2012;25(6):651-656. View Abstract

22. 3134 Waghmare, P. F., Chaudhari, A. U., Karhadkar, V. M., and Jamkhande, A. S. Comparative evaluation of turmeric and chlorhexidine gluconate mouthwash in prevention of plaque formation and gingivitis: a clinical and microbiological study. J Contemp.Dent Pract. 2011;12(4):221-224. View Abstract

23 Chuengsamarn, S., Rattanamongkolgul, S., Luechapudiporn, R., Phisalaphong, C., and Jirawatnotai, S. Curcumin extract for prevention of type 2 diabetes. Diabetes Care 2012;35(11):2121-2127. View Abstract

24 Khajehdehi, P., Pakfetrat, M., Javidnia, K., Azad, F., Malekmakan, L., Nasab, M. H., and Dehghanzadeh, G. Oral supplementation of turmeric attenuates proteinuria, transforming growth factor-beta and interleukin-8 levels in patients with overt type 2 diabetic nephropathy: a randomized, double-blind and placebo-controlled study. Scand.J Urol.Nephrol. 2011;45(5):365-370. View Abstract

Source : Curcuma

Publicités