Vers la défaite de l’OTAN sur le front algérien

La guerre tous terrains que mènent l’alliance atlanto-sioniste et ses outils à ses adversaires sur tous les continents est sur le point de produire un nouvel équilibre mondial déterminant à la veille de négociations s’apparentant au traité de Yalta au lendemain de la seconde guerre occidentale en 1945. La situation sur le terrain bascule définitivement au profit des forces de la résistance agglutinées au noyau central que sont la Russie et la Chine. Et si la bataille d’Ukraine a définitivement tourné au profit du bloc de la résistance au point d’admettre la prééminence russe sur l’enclave de Crimée, les autres fronts, qu’ils soient armés comme en Syrie, au Yémen ou en Libye, ou « soft » comme en Algérie, au Venezuela, en Corée du nord ou en Mer de Chine à titre d’exemples, risquent de basculer définitivement et terrasser le monstre atlanto-sioniste.

Par M.C.Belamine

La bataille féroce sur certains terrains, même si souvent absente des média ou totalement invisible, se traduit au minimum par des joutes politiques ou diplomatiques, parfois également par un prétendu travail d’expertise de certains relais atlantistes sous couverture de pseudo indépendance, continue à faire rage et ne peut faire l’objet d’une compréhension quelconque si ce n’est par du décryptage. Ainsi, il ne peut être compris sans recul l’insistance sans raisons de certains auteurs sur l’illégitimité d’un pays comme l’Algérie quant à certains sujets sensibles tel que celui de l’autodétermination du Sahara Occidental. Alors qu’il s’agit là de la profondeur stratégique essentielle au sud-ouest algérien face à la menace de l’alliance atlantique.

Nous ne sommes donc plus réellement et uniquement dans la prétention marocaine territoriale mais à une vision stratégique de l’espace maghrébin qui dépasse très largement l’enjeu local. Un Maroc totalement souverain n’aurait aucun mal à passer un accord acceptable avec son voisin algérien. D’ailleurs, l’ancien monarque marocain feu Hassan II était à ce sujet extrêmement timide face à ce dossier de par sa sensibilité, il n’avait consenti à  l’utiliser que pour des raisons internes afin de ne pas se laisser déborder, selon les confidences d’un proche du Palais.

La question de cette région du nord-ouest de l’Afrique ne peut être cernée sans prendre en compte son importance stratégique dans la vision géopolitique de domination de l’Afrique par l’alliance atlantique. Au-delà du Maroc, le plus zélé dans cette affaire est la France atlantiste qui, depuis Sarkozy a totalement basculé en faveur de la vision stratégique de l’OTAN pour cette région. Pourtant, Paris avait une vision géopolitique très équilibrée avant le grand basculement atlantiste. Les États-Unis considèrent par exemple que le Royaume marocain constitue la base essentielle et l’axe stratégique de contrôle de l’ensemble russo-chinois, ce qui avait été déjà le cas du temps de la guerre froide, une approche à la base même du crédo atlantiste. La guerre internationale contre la Syrie et la fracture à nue des affrontements mondiaux rapprochent clairement les blocs, ce qui explique notamment le rapprochement « intime » marocain des états du Golfe, clairement exprimé au Yémen, et le durcissement des différends algéro-marocains.

Maroc la tête de pont de l’OTAN à l’ouest

couv-manoevre-americain-maroc-quid-ma_L’étrange comportement américain dans l’affaire du Sahara Occidental mérite quelques explications. Il s’agit en réalité d’une attitude tactique qui consiste à jouer sur deux tableaux en ayant déjà fait ses choix stratégiques. Les « alliés » des Etats Unis étant à tous les coups les « dindons de la farce » car amenés à aller jusqu’au bout de leur logique jusqu’à se fracasser pendant que les négociations avec la partie adverse dessine les contours d’une solution acceptable, mais il les laisse s’échiner pour monnayer les éventuels gains lors des négociations. Ainsi, pendant que le Maroc et son allié français, avec l’assentiment du Maitre du jeu, continuent de croire en une possible victoire politique par la reprise en main de l’espace sahraoui, les États-Unis ont déjà changé de fusil d’épaule par leur lecture précise des rapports de force en leur défaveur.

La Russie et la Chine ayant opté pour une relation stratégique militaire et économique forte avec l’Algérie dans leur affrontement global contre l’alliance atlantique, le cœur du Maghreb est devenu une barrière infranchissable. Aucune stratégie africaine de l’Otan ne peut désormais plus se déployer sans l’allié algérien du bloc sino-russe en Afrique. Il s’agit de minimiser les pertes et de retrouver des équilibres distendus. Le rêve de conquête de l’Afrique est mort, il ne reste plus pour l’OTAN qu’à parvenir à des accords qui préservent des intérêts communs.

Dans cette guerre globale, chaque partie liée à l’alliance atlantique a son rôle à jouer et la mission du couple franco-marocain était d’étouffer l’Algérie sur toutes ses frontières. Dans un premier temps, l’ogre américain avait tenté de détruire le pays de l’intérieur en utilisant les contradictions internes de l’État dont le système politique avait du mal à se réformer. C’était l’époque de l’ancien président Chadli Bendjedid contraint  d’accepter l’émergence d’une opposition cultivée par l’Arabie des Al Saoud à travers la stratégie de dévoiement de la culture musulmane traditionnelle de tendance Malékite, pourtant rigoriste, par une version, étrangère à cette partie du monde, qui s’apparenterait plus à un Islam « talmudiste » se concentrant sur les détails en délaissant le cœur du Message divin. Et c’est cette opposition incarnée essentiellement par le Front Islamique du Salut (FIS) qui était chargée, dans ses grandes largeurs à son insu, de détruire les fondements de l’état né dans la culture de la liberté arrachée en 1962 à un des alliés essentiels des États-Unis.

Le plan ayant échoué au prix de sacrifices massifs du peuple algérien, la deuxième étape consistait à jouer sur l’ « ethnicisation » des rapports internes au peuple algérien. La question berbère, inventée dans les années quarante du siècle dernier par l’envahisseur pour casser la dynamique du mouvement national devenait le centre d’intérêt stratégique dans la division du peuple algérien. Les réseaux essentiels de cette stratégie d’attaque formés essentiellement en France dans les années quatre vingt commencèrent à tenter de tisser quelques toiles jusqu’à créer un front autonomiste, le MAK dont la proximité avec l’entité sioniste finit par le discréditer notamment auprès des patriotes du mouvement « berbériste », tout comme ce qui se passe en Syrie pour le front Al Nosra, devenu allié stratégique de l’entité sioniste. L’intelligence des pouvoirs publics algériens est d’avoir totalement pris de court cet angle d’attaque par la décision historique de faire de la langue tamazight une langue nationale et d’accompagner ce choix avec tous les outils nécessaires qui crédibilisent son action.

Guerre  mortelle presque invisible

libye_syrte-detruiteL’étape suivante poursuit la politique de désintégration des états arabes souverains en misant sur des contestations politiques, économiques et sociales totalement légitimes mais en les détournant de leur vocation première qui était fondée sur une demande de réformes qui répondraient aux aspirations de populations assoiffées de justice sociale et économique et d’équilibres politiques. Il en résultera un chaos qui emportera totalement un pays comme la Libye, profondeur stratégique de l’Algérie dans son espace à la fois méditerranéen et arabe. Et c’est là qu’intervient la tentative d’étouffement par l’Est confiée au duo franco-marocain.

Pendant que les forces spéciales françaises accompagnées d’officiers de renseignement tentaient de tisser des réseaux, la dimension politique de reprise en main du pays était confiée au Maroc qui invite quelques représentants libyens triés sur le volet. Le plan échoue lamentablement car l’Algérie a quelque avance sur le dossier libyen qu’elle connait sur le bout des doigts. N’a-t-elle pas été pendant longtemps le seul briseur d’embargo sur la Libye ?

Les autres frontières algériennes subiront également autant de troubles avec la volonté délibérée d’éparpiller les forces de sécurité algériennes en affaiblissant leur capacité de réponse. En interne, le programme était « copieux » pour la sécurité algérienne entre l’affaire montée de toute pièce sur le Gaz de Schiste à In Salah, les troubles supposées ethniques à Ghardaïa dans le M’zab jusqu’à l’affaire de Tiguentourine trop importante pour avaler l’idée qu’il ne s’agissait que de quelques terroristes en plein désert capable d’investir un site ultra sécurisé.  Des sources officieuses parlent, entre autres, de plusieurs services de renseignement occidentaux impliqués. Il ne reste à vrai dire qu’à se demander à qui profitait ce crime et quel en était le message…

Enfin, sur la frontière Ouest, les sempiternelles pleurnicheries fonctionnant comme un concert à propos des frontières fermées cachent mal la terrible guerre du narcotrafic marocain qui s’y déroule. De vraies armées de trafiquants lourdement armées qui, très clairement, bénéficient de complicité et, selon certaines sources, de la supervision des Moukhabarate (renseignements), mènent une guerre agressive aux forces armées algériennes chargées de protéger les frontières. Très peu d’information circule sur la guerre des narcotrafiquants sur la façade ouest des frontières algériennes qui s’intensifie chaque fois que s’intensifient les différends entre les deux pays. La discrétion algérienne est proportionnelle à l’efficacité des opérations qui s’y déroulent. Cette guerre invisible le restera pour épargner les fractures sur les générations futures et donner une chance à une solution globale dans cette partie du monde où les deux blocs s’affrontent à mort… En attendant, l’Algérie « s’installe » véritablement en tant que double mur protecteur de la Méditerranée orientale et de l’Afrique !

La dissidence française et le piège atlanto-sioniste

Les réseaux atlanto-sionistes totalement impliqués dans la guerre que mène la France pour l’alliance atlantique sur tous les fronts tentent de modifier en interne les équilibres politiques et les rapports de force pour en faire l’avant-garde de la protection de l’entité sioniste et de la domination à la fois de l’Europe mais également la tête de pont de sa guerre contre l’Algérie dans une vision stratégique qui inclut l’Afrique comme projet global. Les partis traditionnels totalement discrédités, l’ingénierie consistait à investir sur la seule force politique qui compte en y prenant la main et en infiltrant la dissidence patriotique qui tente de s’organiser. Les voix les plus contestées car les plus redoutables restent le duo Dieudonné-Soral qui forment le creuset autour duquel s’agrègent toutes les contestations dangereuses pour le système atlanto-sioniste qui s’installe en France sous la houlette du CRIjF, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, véritable ambassade bis de l’entité sioniste et le pendant de la puissante organisation américano-sioniste, l’AIPAC.

Mais dans le jeu de la guerre tous-terrains que mène l’Alliance atlantique, la dissidence française est piégée par sa naïveté à croire pouvoir élargir sa base uniquement sur le mode du discours identitaire « généreux » autour duquel un pacte national se dessinerait pour réconcilier l’ensemble. Une forme de « bay3a » dirait-on, ou allégeance moderne de toutes les sensibilités réticentes au rouleau compresseur atlantiste. Mais dans le magma des contestataires, des voix dissonantes tentent de jouer la carte du leadership intègre en faisant le jeu de l’adversaire. D’autres voix se veulent plus patriotes en s’autoproclamant expertes de tout et de rien tout en faisant le jeu des alliances contre nature.

A titre d’exemple, un « faucon » autoproclamé expert de l’Afrique mais agissant en véritable agent de l’Otan et du Maroc obtient sa crédibilité de la générosité d’une dissidence assez aveuglée par son discours « patriotique » en mode néo-colonialiste. Sa réécriture de l’histoire de l’Afrique fondée sur certaines corrections tentant de réhabiliter le rôle de la France ne semble être qu’une couverture pour mieux infiltrer les milieux patriotes français incarnés par une dissidence très active qui  se retrouve piégée de l’intérieur. Ainsi, l’exemple du Front National, véritable bête noire des puissants lobbies 7566436-jean-marie-le-pen-marine-m-a-egratigne-le-coeursionistes, est aujourd’hui très parlant. Il se retrouve infiltré et miné par une droite sioniste très active qui tente de faire basculer un mouvement national de tradition catholique assez proche de l’Islam traditionnel. Il n’est donc pas étonnant qu’une collaboration des tendances sionistes du judaïsme, du christianisme et de l’Islam s’affaire, essentiellement en France, pour provoquer un basculement d’alliances.

Cette guerre mondiale presque imperceptible a eu le don de clarifier certaines zones d’ombre en éclairant d’une lumière crue la réalité des alliances et des contre alliances. Les blocs se dessinent et deviennent identifiables. Les luttes internes prennent un sens plus clair. Les intérêts géopolitiques donnent une interprétation lisible de tous les choix qu’ils soient internes aux pays concernés ou dans leur jeu d’alliances externes. Les outils utilisés tentent d’en minimiser la portée en rendant acceptable ce qui ne l’était pas. Ainsi, le différend chiite/sunnite forgé de toutes pièces serait incompréhensible sans mettre en perspective l’arrière plan politique. Tout comme les revendications ethniques agressives dans les sociétés arabo-musulmanes ne peuvent prendre sens sans cette projection globale. Enfin, le déferlement migratoire sur l’Europe ne pourrait avoir de sens sans une compréhension des enjeux stratégiques à moyen et long terme !

M.C.Belamine

Publicités

Une réflexion sur « Vers la défaite de l’OTAN sur le front algérien »

Les commentaires sont fermés.