La dépression vaincue par les plantes !

Le Safran contre la dépression

Épice qui parfume finement les plats, le safran est également une plante médicinale utilisée depuis des millénaires. Les chercheurs confirment ce que les médecins traditionnels perses avaient déjà perçu : l’or rouge agit de façon bénéfique sur notre système nerveux. Au sein des laboratoires de recherche, des équipes de scientifiques continuent à tenter de décortiquer les propriétés médicinales de la plante.

Les vertus antidépressives du safran

C’est en testant l’effet du safran sur le comportement de rats que les chercheurs ont découvert son étonnant potentiel. Des travaux qui ont poussé des chercheurs en psychiatrie de l’hôpital Roozbeh (Téhéran, Iran) à en donner 30 mg par jour à une vingtaine de personnes souffrant de dépression caractérisée. 20 autres malades ont reçu de leur côté un placebo. Au bout de six semaines, l’état de chaque participant était évalué à l’aide de l’échelle de dépression de Hamilton, un questionnaire classiquement utilisé par les médecins pour évaluer l’intensité de la maladie. Les chercheurs ont constaté une nette diminution des symptômes dépressifs chez les membres du groupe recevant le safran. Si nette qu’elle rivalise, pour ne pas dire surpasse, avec les meilleurs antidépresseurs médicamenteux !

safran5

Le Pr. Akhondzadeh qui avait lance cette étude, a aussi compare sur des malades l’effet du safran a celui d’un antidépresseur de référence :l’imipramine. Résultat : le safran a une efficacité totalement comparable(1) ! L’imipramine est une vieille molécule utilisée en psychiatrie avant l’arrivée sur le marche des ≪ nouveaux ≫ antidépresseurs tel que le ProzacR. D’une efficacité supérieure aux nouveaux produits, il fut pourtant délaissé du fait d’effets secondaires plus nombreux. D’autres études visant a comparer l’effet du safran au fameux ProzacR(2) ont conduit au même constat. Mais dans toutes les études ou il fut compare, le safran montra un profil d’effets secondaire bien moindre que celui des molécules chimiques. Mais le plus étonnant encore, c’est que le safran peut aussi diminuer les effets secondaires de ces médicaments !

Contrer les troubles sexuels liés aux antidépresseurs

Parmi les effets secondaires des médicaments antidépresseurs classiques, figurent les troubles sexuels : baisse du désir, anorgasmie, difficultés érectiles… Un sujet souvent tabou, qu’on n’ose pas toujours aborder avec le médecin et qui conduit parfois a l’arrêt du traitement. Ces dysfonctions sont loin d’être rares, puisqu’elles concerneraient plus d’une personne sur deux.

Chez des femmes souffrant de ce type de difficultés suite a la prise d’un traitement à base de fluoxétine, 4 semaines d’administration de 30 mg de safran par jour se sont soldées par une amélioration des troubles de l’excitation sexuelle et de la lubrification vaginale. Certaines participantes ont également évoqué une atténuation des douleurs ressenties au moment des relations intimes(3) ; la plante exerce en effet une action anti-nociceptive, c’est-a-dire qu’elle réduit la perception des sensations douloureuses. Une étude(4) comparable menée chez des sujets masculins a montré une amélioration des capacités érectiles, amoindries par l’antidépresseur, grâce à la prise de safran. En revanche, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, aucune action sur le niveau de satisfaction sexuelle ou la qualité des orgasmes n’a pu être notée. L’épice n’a donc joue qu’un rôle partiel dans la restauration d’une sexualité de qualité mais elle pourrait tout de même représenter un ajout utile aux médicaments.

Une arme efficace contre Alzheimer

safraniers-bg3L’action du safran sur le système nerveux a conduit a mener de nombreuses recherches sur ses effets neurologiques en général. En particulier, son action sur les démences cérébrales, de plus en plus fréquentes en vieillissant, a été évalué. Dans un premier temps, des études sur des souris et sur des cultures cellulaires se sont révélées prometteuses : dans ces modèles expérimentaux, le safran s’est montre capable d’empêcher la formation des fameuses plaques amyloïdes, des dépôts protéiques qui s’accumulent entre les neurones et entrainent les dysfonctionnements caractéristiques de l’affection(5). Mais chacun sait que nous ne sommes ni des souris ni de simples tubes a essai, il fallait donc tester ses effets sur des êtres humains malades.

C’est encore le Pr. Akhondzadeh et son équipe qui a travaille sur le sujet. Dans une première étude, ils ont recrute 46 malades atteints de la maladie d’Alzheimer de forme modérée qui ont été assignés a recevoir de manière aléatoire et en double aveugle soit 30 mg de safran par jour soit un placebo (ni les malades ni les médecins ne savaient qui recevaient le placebo ou la substance active). Publiés en 2010, les résultats ont montré qu’au bout de 16 semaines de traitement les capacités cognitives et d’autonomie étaient largement supérieures chez les malades qui avaient reçu le safran ; le tout sans aucun effet secondaire(6).

Peu après, l’équipe décide d’aller plus loin en comparant sur des malades (la aussi à un stade modéré de la maladie) l’effet du safran a celui d’un médicament, le donépézil (AriceptR), qui agit en s’opposant a la destruction de l’acétylcholine, un médiateur chimique présent au niveau du cerveau, dont le déficit est à l’origine des différents symptômes observés. Les résultats de l’étude, qui a dure 22 semaines, sont encore plus impressionnants : non seulement le safran s’est révélé aussi efficace que le médicament, il a aussi été dénué de tout effet secondaire !

Enfin, une dernière étude a voulu aller encore plus loin : les chercheurs y ont compare les effets du safran a celui d’un autre médicament, la Mémantine (EbixaR) supposément plus efficace, mais cette fois, pas sur des malades touches par une forme moderee mais sur des malades touches par une forme sévère de la maladie ! Et la encore, les résultats ont de quoi questionner : pourquoi le safran n’est-il pas recommande plus souvent ? Car au bout de 12 semaines seulement, le safran faisait aussi bien que le médicament, mais toujours avec moins d’effets secondaires.(7)

A savoir avant utilisation

Le safran doit être évité soigneusement par les femmes enceintes ou allaitantes : il risque d’induire des saignements utérins a dose trop élevée et donc des avortements, comme l’avaient mis en évidence les Perses. Chez l’adulte la dose recommandée initialement est de 30 mg par jour. Cette dose n’est pas toxique même a long terme. Des doses plus élevées peuvent être utilisées mais uniquement de manière temporaire (une a deux semaines) : les effets toxiques peuvent se manifester des 60 mg par jour pendant 8 semaines. Ils se manifestent par des troubles de la personnalité, de la fatigue et une perte d’appétit.(8)

Notes

  1. Akhondzadeh, S., Fallah Pour, H., Afkham, K., Jamshidi, A.H., Khalighi-Cigarodi, f., 2004. Comparison of Crocus sativus L. and imipramine in the treatment of mild to moderate depression: a pilot double-blind randomized trial [ISRCTN 45683816]. BMC Comp. Alt. Med. 4, 12.
  2. Noorbala, A.A., Akhondzadeh, S., Tamacebi-Pour, N., Jamshidi, A.H., 2005. Hydro-alcoholic extract of Crocus sativus L. versus fluoxetine in the treatment of mild to moderate depression: a double-blind, randomized pilot trial. Ethnopharmacol 97, 281–284.
  3. Kashani L, Raisi F, Saroukhani S, et al. Saffron for treatment of fluoxetine-induced sexual dysfunction in women: Randomized double-blind placebo-controlled study. Hum Psychopharmacol Clin Exp. 2012;28(1):54-60.
  4. Modabbernia A, Sohrabi H, Nasehi AA, et al. 2012. Effect of saffron on fluoxetine-induced sexual impairment in men: randomized double-blind placebo-controlled trial. Psychopharmacology (Berl) 223(4): 381–8.
  5. Papandreou MA, Kanakis CD, Polissiou MG, Efthimiopoulos S, Cordopatis P, Margarity M,et al. Inhibitory activity on amyloid-beta aggregation and antioxidant properties of Crocus sativus stigmas extract and its crocin constituents. J Agric Food Chem 2006; 54:8762-8768.
  6. Akhondzadeh S, Sabet MS, Harirchian MH, et al. Saffron in the treatment of patients with mild to moderate Alzheimer’s disease: a 16-week, randomized and placebo-controlled trial. J Clin PharmTher. 2010 Oct;35(5):581-8
  7. M. Farokhnia, M. Shafiee Sabet, N. Iranpour, et al., “Comparing the efficacy and safety of Crocus sativus L. with memantine in patients with moderate to severe Alzheimer’s disease: a doubleblind randomized clinical trial,” Human Psychopharmacology: Clinical and Experimental, vol. 39, no. 4, pp. 351–359, 2014.
  8. Safarinejad MR, Shafiei N, Safarinejad S. A prospective double-blind randomized placebo-controlled study of the effect of saffron (Crocus sativus Linn.) on semen parameters and seminal plasma antioxidant capacity in infertile men with idiopathic oligoasthenoteratozoospermia. Phytother Res. 2011 Apr;25(4):508-16.

Dépression : les plantes plus efficaces qu’un psy

La dépression est pour moi l’une des pires maladies. Au départ, vous vous sentez simplement triste, fatigué. Vous pensez que votre état est passager : « chacun connaît des haut et des bas… » Mais bientôt ça s’aggrave et vous perdez jusqu’à l’envie de vivre. Vous pesez aussi lourdement sur le moral des autres. Votre entourage souffre, il est entraîné lui aussi par ricochet dans la maladie.

Car il s’agit bien d’une maladie, aussi clairement que le rhume, la grippe ou le cancer. On attrape la dépression comme un virus ou un microbe. Mais beaucoup de personnes frappées par la dépression refusent de reconnaître qu’elles sont malades. Elles ont honte. C’est un immense problème, peut-être même l’obstacle principal à son traitement.

Par Gabriel Combris

Suis-je déprimé ?

man-in-despairSi l’on se réfère aux critères de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’association américaine de psychiatrie, il existe neuf symptômes caractéristiques de la dépression.

Pour que le diagnostic de dépression puisse être posé, la personne doit en manifester cinq depuis au moins deux semaines tous les jours, dont les deux premiers de la liste obligatoirement :

  • De la tristesse
  • Une perte d’intérêt et du plaisir
  • Un sentiment de dévalorisation
  • Des idées de mort
  • Une perte d’appétit
  • Des troubles du sommeil
  • Des troubles de l’attention et de la mémoire
  • Une asthénie (fatigue sans effort produit)
  • Un ralentissement psychique et physique.

Si vous vous retrouvez dans 5 à 7 de ces symptômes, il est probable que vous souffrez de dépression légère. À partir de 8, elle est définie comme sévère.

Dans tous les cas, il n’y a aucune honte à avoir. Et il ne faut pas vous inquiéter. Au contraire, c’est une bonne nouvelle de reconnaître la réalité : « Notre corps aime la vérité », disait le Dr David Servan-Schreiber.

Et des solutions naturelles et efficaces existent pour aider à retrouver la joie de vivre.

Traitement conventionnel : pas mieux qu’un placebo

depression-natureEn plus d’une psychothérapie, les médecins prescrivent volontiers des antidépresseurs de la famille des ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture en sérotonine) comme le célèbre Prozac, et des IRSN (inhibiteurs de la recapture en sérotonine et de la norépinéphrine) comme l’Effexor.

En 2008, une méta-analyse consacrée aux antidépresseurs a été publiée dans le journal PLoS (Public Library of Science). Elle portait sur 47 études ayant donné lieu à l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de 4 antidépresseurs.

Conclusion du chercheur britannique Irving Kirsch, responsable de l’étude :

« Les antidépresseurs de nouvelle génération ne fonctionnent pas mieux qu’un placebo (produit inactif donné à l’insu du patient) pour la majorité de patients souffrant d’une dépression légère ou modérée ».

« Il semble y avoir très peu de raisons de prescrire des antidépresseurs à qui que ce soit sauf aux personnes les plus sévèrement déprimées, à moins que les traitements alternatifs n’aient échoué ».

Notons que le Pr Kirsch exprime l’idée qu’avant d’essayer des médicaments antidépresseurs chez des personnes sans dépression majeure, des traitements alternatifs méritent d’être essayés !

Traitements alternatifs, cela signifie bien sûr approche globale, qui combine à la fois l’alimentation, l’exercice physique, la respiration, le développement personnel, l’utilisation de techniques de gestion du stress comme l’EFT (technique de libération émotionnelle) etc.

Et dans cette démarche, les plantes peuvent jouer un rôle primordial.

Prince du moral retrouvé

millepertuis_hypericum_x_inodorum_51À tout seigneur, tout honneur. Il faut donc commencer avec le millepertuis, Seigneur de la bonne humeur, Prince du moral retrouvé, qu’on utilise depuis le Moyen Âge pour soigner les désordres neurologiques et chasser les « mauvais esprits ». Inscrite à la pharmacopée française au XIXe siècle puis tombée dans l’oubli, la plante a fait son grand retour en 1996, avec la publication d’une méta analyse totalisant plus de 1700 patients, où elle révélait sur les troubles dépressifs une action comparable à celle des antidépresseurs chimiques.

De nombreuses autres études ont suivi, démontrant l’équivalence ou la supériorité du millepertuis par rapport aux médicaments standard sur les dépressions légères à modérées, ainsi que dans certains cas sur les épisodes sévères. Avec l’avantage indéniable de l’absence d’effets indésirables. L’explication ?

Le sentiment d’échec, le découragement, la fatigue psychique, l’anxiété ou les troubles de l’humeur sont intimement liés à des altérations de la conduction des informations d’un neurone à l’autre, opérée par les neurotransmetteurs. Or, le mécanisme d’action du millepertuis ressemble à celui de la plupart des antidépresseurs chimiques : il optimise la production et la circulation des neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine, noradrénaline, mais aussi GABA et glutamate).

Il agit à un double niveau, en bloquant aussi bien leur destruction que leur recapture, ce qui a pour résultat d’augmenter leur présence dans les synapses du cerveau et de faciliter les connexions neuronales. Comme les médicaments, il s’agit d’un traitement symptomatique : on ne guérit pas la cause de la dépression mais on permet à l’organisme d’affronter plus sereinement cette période difficile. Et c’est déjà énorme.

L’usage traditionnel est de 2 à 4 g de plante sèche en infusion par jour, mais sous cette forme, la teneur en principes actifs et l’efficacité restent approximatives. Des extraits standardisés à teneur garantie en molécules actives sont préférables. Dans la majorité des études, la dose de 900 mg en trois prises (3 x 300 mg) durant 6 semaines au minimum s’est montrée efficace. Ses effets se font sentir généralement de façon graduelle après 2 à 3 semaines de traitement.

Un secret venu d’Inde

velvet_bean_seedsTraditionnellement, le pois mascate 
ou haricot pourpre (Mucuna pruriens) était utilisé en médecine indienne ayurvédique pour améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson et les troubles
de la libido.

Sa composition biochimique est singulière par sa richesse en L-Dopa, un neuromédiateur impliqué entre autres choses dans le sentiment de plaisir et de bien-être. Des études montrent
 des bénéfices neurologiques importants avec une absence d’effets secondaires. La prise de pois mascate accroît la sensation de bien-être, améliore la vivacité d’esprit chez les déprimés ralentis et apathiques.

Posologie : 1 cuillerée mesure par jour.

L’épice qui rend heureux

Plusieurs études révèlent que la consommation d’extrait de stigmates de safran (Crocus sativus), permet de significativement réduire les symptômes de la dépression. D’autres essais cliniques montrent que ses effets sont équivalents à ceux des antidépresseurs conventionnels comme la fluoxétine ou l’imipramine.

Quelques études positives existent même quant à son efficacité dans les cas de dépression grave. Le mode d’action est la recapture de la sérotonine grâce au safranal et
à la crocine. On note l’absence d’effets secondaires du traitement au safran, mais son utilisation est déconseillée
de principe aux femmes enceintes car il pourrait théoriquement provoquer des contractions utérines. La posologie est de 1 comprimé (en extrait sec) de 150-300 mg matin et midi.

D’autres plantes agissent pour limiter le stress et l’anxiété :

  • Le ginseng stimule le système immunitaire et tonifie les personnes affaiblies et fatiguées. À prendre le matin en cure de 15 jours à 1 mois. Les études montrent des bénéfices avec des doses de 200 à 1000 mg par jour de Panax ginseng sous forme de gélules ou d’ampoules, standardisé à 3 ou 7 % de ginsénosides.
  • La rhodiola permet de stimuler les fonctions cognitives en période de stress et de fatigue. Cette plante atténue l’anxiété. Quelle dose ? Dans les études ont été testés 350 à 700 mg par jour, de préférence le matin à jeun ou ½ heure avant le déjeuner, d’un extrait de Rhodiola rosea standardisé au minimum à 3 % de rosavine et 1 % de salidrosides, les deux substances actives.
  • Le ginkgo biloba agit comme anxiolytique chez les patients souffrant de trouble anxieux généralisé. Son effet est similaire et parfois même supérieur aux médicaments tels que les benzodiazépines [3]. Les doses utilisées avec succès dans les essais sont de l’ordre de 480 mg d’extrait par jour RCT (extrait standardisé EGb 761 comme dans Ginkor, EGb 761 contenant 24 % de ginkgo-flavonol glycosides, 6 % de terpène lactones).

La valériane, le griffonia ou l’aubépine peuvent également présenter un intérêt pour lutter contre le stress, mais avec des effets moindres.Enfin, il faut aussi dire autre chose.

Cultiver la joie de vivre

Comme pour bien d’autres maladies, attendre sans rien faire la solution antidéprime qui viendrait d’une plante ne distingue en rien du malade qui avale passivement ses médicaments chimiques. Guérir de la dépression, cela suppose de faire un travail sur soi, douloureux sans doute, mais indispensable pour redéfinir ses priorités et répondre à la grande question : quel est mon but dans la vie ?

Il s’agit d’une démarche volontaire. Où il me semble que quelque chose qui peut aider est de mettre le beau et le vrai au cœur de sa vie. Oui, c’est difficile. Et il n’y a rien de plus énervant quand on est déprimé que de s’entendre dire « il faut penser positif » ou « arrête de voir le mauvais côté des choses ! ».

Alors faisons avec notre esprit comme avec notre corps : donnons-lui la vérité. Cultivons l’amitié, la relation sincère aux autres, l’amour de la nature, le goût des œuvres dans lesquelles l’être humain a mis son âme et son cœur, cherchons toute chose qui grandit et fuyons ce qui nous rabaisse. Car ce socle-là est comme un marchepied pour retrouver la joie de vivre.

À votre santé !

Source : Dépression, les plantes plus efficaces qu’un psy

Publicités