Les États-Unis en voie de « tiersmondisation » ?

Délocalisation de l’économie : Pourquoi les États-Unis prennent le chemin du tiers monde

Par Paul Craig Roberts – Le 30 octobre 2015 – Source CounterPunch

Le 6 janvier 2004, dans une libre opinion publiée par le New York Times, le sénateur Charles Schumer et moi avons contesté l’idée fausse selon laquelle délocaliser les emplois était du libre-échange.  Notre article a tellement sidéré les économistes que, quelques jours plus tard, Schumer et moi étions convoqués à une conférence de la Brookings Institution à Washington, DC, pour expliquer notre hérésie. Lors de la conférence diffusée à la télévision nationale, j’ai déclaré que la conséquence de la délocalisation des emplois ferait des États-Unis un pays du tiers monde en vingt ans.

C’était il y a onze ans, et les États-Unis sont sur la pente descendante qui les conduit à un statut de pays du tiers monde avant que les neuf ans restants pour la réalisation de ma prédiction aient expiré.

La preuve est partout. En septembre, le Bureau du recensement des États-Unis a publié son rapport sur le revenu des ménages américains réparti par quintile 1. Chaque quintile, ainsi que les 5% supérieurs, a enregistré une baisse du revenu des ménages depuis leurs pics. Le quintile inférieur (moins de 20%) a connu une chute de 17.1% de son revenu réel depuis le plafond de 1999 (de $14,092 à $11,676). Le quatrième quintile a enregistré une baisse de son revenu réel de 10.8% depuis 2000 (de $34,863 à $31,087). Le revenu réel du quintile intermédiaire a diminué de 6.9% depuis 2000 (de $58,058 à $54,041). Le deuxième quintile a connu une baisse de 2.8% de son revenu réel depuis 2007 (de $90,331 à $87,834). Le quintile supérieur a vu son revenu réel baisser de 1.7% depuis 2006 (de $197,466 à $194,053).  Les 5% supérieurs ont enregistré une réduction de 4.8% de leur revenu réel depuis 2006 (de $349,215 à $332,347).  Seul le 1% tout en haut, ou même moins (en particulier le 0.1%), a vu ses revenus et sa richesse augmenter.

Le Bureau du recensement utilise des mesures officielles de l’inflation pour arriver au revenu réel. Ces mesures sont sous-estimées. Si des mesures plus précises de l’inflation sont utilisées (comme celles qu’on peut trouver sur shadowstats.com), les baisses du revenu réel des ménages sont plus importantes et ont diminué sur une longue période. Quelques mesures montrent que le revenu réel médian des ménages correspond aux niveaux de la fin des années 1960 et du début des années 1970.

Notez que ces baisses sont intervenues pendant les six ans de prétendue reprise économique, entre 2009 et aujourd’hui, et pendant une période où la population active diminuait en raison d’une baisse constante des taux de participation au marché du travail. Le 3 avril 2015, Le Bureau des statistiques du travail annonçait que 93 175 000 Américains en âge de travailler ne font pas partie de la population active, un record historique. Normalement, une reprise économique est marquée par une hausse du taux de participation au marché du travail. John Williams rapporte que lorsque les travailleurs découragés sont intégrés au décompte des sans-emploi, le taux de chômage aux Etats-Unis se monte effectivement à 23%, et non au chiffre publié de 5.2%.

Dans un rapport publié récemment, l’Administration de la sécurité sociale fournit des données sur le revenu annuel sur une base individuelle. Êtes-vous prêts à lire ça ?

En 2014, 38% de tous les travailleurs américains ont gagné moins de $20 000 ;  51% moins $30 000 ; 63% moins de $40 000;  et 72% gagnaient moins de $50 000.

La pénurie d’emplois et les bas salaires sont les conséquences directes de la délocalisation des emplois. Sous la pression des défenseurs des actionnaires (Wall Street) et de la grande distribution, l’industrie manufacturière américaine s’est déplacée dans des pays étrangers où le très bas coût du travail débouche sur une augmentation des bénéfices des entreprises, des primes au rendement pour les dirigeants et du prix des actions.

Le départ des emplois bien payés dans le secteur industriel a été bientôt suivi par le départ de l’ingénierie logicielle, des services informatiques et d’autres professions de service.

Des études économiques déficientes réalisées par des économistes négligents, comme Michael Porter à Harvard et Matthew Slaughter à Dartmouth, ont conclu que le cadeau d’un grand nombre d’emplois américains hautement productifs et à grande valeur ajoutée à des pays étrangers était très bénéfique pour l’économie des États-Unis.

Dans des articles et des livres, j’ai contesté cette conclusion absurde et toutes les évidences économiques prouvent que j’ai raison. Les nouveaux et meilleurs emplois promis par la nouvelle économie pour remplacer ceux partis à l’étranger ne sont jamais apparus. En lieu et place, l’économie crée des emplois à temps partiel mal payés, comme ceux de serveuses, barmen, vendeurs dans les commerces de détail et dans les services de santé ambulatoires, tandis que les emplois à plein temps avec avantages sociaux continuent à diminuer en pourcentage du total des emplois.

Ces emplois à temps partiel ne fournissent pas un revenu suffisant pour fonder une famille. Par conséquent, comme le note une étude de la Réserve fédérale, «à l’échelle nationale, près de la moitié des personnes de 25 ans ont vécu chez leurs parents en 2012-2013, contre un peu plus du quart en 1999».

Lorsque la moitié des gens de 25 ans ne peuvent pas fonder une famille, le marché des maisons et des articles d’ameublement s’effondre.

La finance est le seul secteur de l’économie américaine en croissance. La part de l’industrie financière dans le PIB est passée de moins de 4% en 1960 à près de 8% aujourd’hui.  Comme Michael Hudson l’a montré, la finance n’est pas une activité productive. C’est une activité parasitaire de pillage (Killing The Host).

D’ailleurs, la concentration financière extraordinaire, la prise de risques inconsidérés et l’effet de levier de la dette ont fait du secteur financier une menace grave pour l’économie.

L’absence de croissance dans le revenu réel des consommateurs signifie qu’il n’y a pas de croissance de la demande globale pour stimuler l’économie. L’endettement des consommateurs limite leur capacité à accroître leurs dépenses au moyen du crédit. Ces limites des dépenses des consommateurs signifient que les nouveaux investissements n’attirent plus les entreprises. Tout simplement, l’économie ne va nulle part, excepté que les entreprises continuent à baisser leurs coûts en remplaçant des emplois à plein temps par des emplois à temps partiel et en remplaçant des travailleurs locaux par des travailleurs à l’étranger. Le gouvernement est surendetté à tous les niveaux et l’assouplissement quantitatif a fourni un excédent de devise américaine.

Ce n’est pas la fin de l’histoire. Lorsque les emplois industriels partent, la recherche, le développement, la conception et l’innovation suivent. Une économie qui ne fait rien n’innove pas. L’économie tout entière est perdue, et pas seulement les chaînes de distribution.

L’infrastructure économique et sociale s’effondre, y compris la famille elle-même, l’état de droit et la responsabilité du gouvernement.

Lorsque des diplômés des collèges ne peuvent pas trouver d’emploi parce que ceux-ci ont été délocalisés ou donnés à des étrangers avec des visas de travail, la demande de formation baisse. S’endetter seulement pour trouver des emplois qui ne permettent pas de rembourser les emprunts étudiants est une mauvaise décision économique.

Nous avons déjà la situation où les administrations des collèges et des universités dépensent 75% de leur budget pour leur propre bureaucratie, embauchant des auxiliaires qui enseignent pour quelques milliers de dollars. La demande de professeurs à temps plein avec une carrière devant eux s’est effondrée. Quand la logique des entreprises faisant passer les profits à court terme avant les emplois pour les Américains aura atteint son maximum, la demande pour la formation universitaire s’écroulera et, avec elle, la science et la technologie américaines.

La chute de l’Union soviétique a été la pire chose qui soit jamais arrivée aux États-Unis. Les deux conséquences principales de cette chute ont été dévastatrices. L’une est la montée de l’hubris néoconservatrice de l’hégémonie américaine mondiale avec pour résultat quatorze années de guerres ininterrompues qui ont coûté six mille milliards de dollars [la mort de centaines de milliers d’innocents et l’exode de millions de réfugiés, NdT]. L’autre conséquence est le changement de mentalité en Inde socialiste et en Chine communiste. Ces grands pays ont répondu à la fin de l’Histoire en ouvrant leur immense marché du travail, sous-utilisé, aux capitaux occidentaux, ce qui a eu pour résultat le déclin économique américain que décrit cet article, laissant une économie en difficulté porter l’énorme dette de la guerre.

Il est raisonnable de conclure qu’un système économico-politico-social dirigé avec autant d’incompétence est déjà un pays du tiers monde.

Paul Craig Roberts

Sources
https://www.lewrockwell.com/2015/10/tyler-durden/50-25-yr-olds-live-folks-basement/
http://www.advisorperspectives.com/dshort/updates/Household-Income-Distribution.php
http://www.census.gov/hhes/www/income/income.html
http://www.informationclearinghouse.info/article43219.htm
https://www.ssa.gov/cgi-bin/netcomp.cgi?year=2014
http://endoftheamericandream.com/archives/goodbye-middle-class-51-percent-of-all-american-workers-make-less-than-30000-dollars-a-year
http://cnsnews.com/news/article/ali-meyer/americans-not-labor-force-exceed-93-million-first-time-627-labor-force
https://www.stlouisfed.org/on-the-economy/2015/october/millennials-living-home-student-debt-housing-labor?&utm_source=Twitter&utm_medium=SM&utm_term=communities&utm_content=oteblog&utm_campaign=5124
https://en.wikipedia.org/wiki/Financialization

Paul Craig Roberts est un ancien secrétaire-adjoint au Trésor américain et rédacteur en chef adjoint au Wall Street Journal. Son ouvrage, How the Economy Was Lost est accessible sur CounterPunch en version électronique. Son dernier livre s’intitule How America Was Lost.

Traduit par Diane, édité par jj, relu par Literato pour le Saker Francophone

  1.  Le quintile est une portion de la distribution de fréquence contenant un cinquième du total de l’échantillon ↩

Source : Délocalisation de l’économie : Pourquoi les États-Unis prennent le chemin du tiers monde | LE SAKER FRANCOPHONE

Publicités