L’information ? Que c’est compliqué !

Croyez-vous réellement savoir ce qu’est un médium ? Question stupide me direz-vous, c’est d’une telle évidence….. Et à quoi croyez-vous qu’il serve ce machin que l’on appelle télé, journal, radio, site, réseaux sociaux, agence d’information…etc, etc, etc.

Je vois des sourcils qui se froncent. Oula, où veut-il nous emmener ?

Rassurez-vous, je ne fais que poser des questions toutes simples. Tout bêtement, si je dis 2 et 2, n’importe quel gus me dira quatre. Vrai de vrai, c’est tout simple.

Et si je dis c’est quoi un journal, une radio, une télé…etc, etc, etc, le simple quidam me dira c’est un médium. La mode voudrait que l’on dise média au singulier quand la langue latine nous dit que c’est son pluriel. Mais là n’est pas la question.

Ce que je veux dire c’est que ça parait d’une évidence enfantine. Un média (excusez l’entorse à la langue) est un moyen de communiquer. Quoi encore ?

Euh….. C’est pour donner l’information.

Plus encore ? Euhhhhhh….

C’est bon, vous avez répondu ? Ok, alors à quoi cela sert-il ?

Euhhhhhhhhhh… à transmettre de l’information.

D’accord, et c’est tout ?

Parler ou écouterA communiquer !

Encore, encore ?

Bien ! Reprenons depuis le commencement. Essayons de nous habiller de la cape du prof. Aucune prétention particulière, non, non. C’est juste pour que l’on se comprenne. Pour revenir à la communication, il y a ce que l’on appelle les parasites de la communication, dans notre quotidien. Ces parasites là font que l’on pourrait dire très exactement la même chose mais que chacun de nous comprend l’inverse de ce que l’autre peut dire.

Exemple, si je dis il est futé ou il est intelligent. Ou admettons que je dise qu’elle est belle. Chacun d’entre nous comprendra ce que sa propre compréhension lui dira, ce que sa propre maitrise de la langue lui permettra. Réellement, ces simples mots ou phrases vous garantiront-ils à tous le même niveau de compréhension ? Et le contexte, en tiendrez-vous réellement compte ? Et votre culture ? Et vos références sociales ? Et juste l’intonation de ce que vous dites, cela vous semble-t-il faire une différence ?

Prenons un exemple que j’aime bien citer pour comprendre la complexité de ce que je veux rendre simple. Je vous dis qu’un chien a été écrasé. Vous pourriez immédiatement associer dans votre perception de ce fait tout ce que votre culture vous dira. Vous êtes quelqu’un qui n’aime pas les animaux, ça vous laissera de marbre et au fond de vous vous pourriez éventuellement vous dire, bon débarras.

Imaginons maintenant que vous aimiez les chiens. Vous auriez sûrement un pincement au cœur, vous penseriez tout de suite au votre, à celui de vos amis, de vos parents, que sais-je, mais cela aura pour incidence de titiller vos émotions.

Voyez-vous la même information est perçue de façon totalement différente par deux personnes qui, à priori, sont étrangères à ce fait.

Continuons.

Chien guide d'aveugleVous apprenez que ce chien était tenu en laisse par une personne aveugle. Badaboum, l’information n’est plus la même.

Le chien, l’aveugle ! L’association provoque une charge émotive plus forte. Celui qui n’aime pas les chiens se souvient de cette pauvre vieille personne non voyante guidée par un gentil toutou. C’était une voisine, une parente, une personne du quartier…

Nous passons d’une absence d’émotion ou d’une émotion négative à une émotion positive. L’information complétée laisse une trace sérieuse sur la personne pour laquelle elle n’évoquait presque rien.

Allons plus loin. Ce chien d’aveugle a été écrasé par un véhicule roulant à plus de 100 kms/heure. Là, nous disons que tout est entrain de basculer. L’on devient à la limite en colère.

Et si je vous disais que le véhicule était conduit par une personne saoule ? Et là je vois votre colère atteindre son paroxysme. Il n’est plus du tout question de chien ou d’aveugle mais d’un criminel qui mériterait une terrible vengeance. On ne tient plus en place. On le maudit. On voudrait l’étriper !!!

Au fait, j’ai oublié de vous dire que le conducteur du véhicule était inconscient… Vous voilà pris de court. Vous cherchez à justifier toute la colère sanguine du moment précédent, c’est avec votre conscience que vous essayez de vous justifier en justifiant la colère homérique du moment précédent…

Ah ! Dernière chose ! Ce conducteur saoul était chez lui et n’avait aucune intention de sortir. Il avait ses petites habitudes une fois l’an. Ses voisins l’ont supplié à genoux pour qu’il emmène leur enfant aux urgences. Il n’y avait personne d’autres pour le faire. L’enfant était…. entre la vie et la mort….

Dans le brouillardJe vous repose encore une fois la question, qu’est-ce qu’un médium ?

LED

Publicités