Les montagnes : des colosses aux sols fragilisés

Les sols de montagne sont les fondations d’écosystèmes fragiles qui alimentent en eau plus de la moitié de la population mondiale. Un nouvel ouvrage de la FAO offre un aperçu technique exhaustif sur la gestion durable des sols de montagne, qui sont en fait le théâtre d’une vaste gamme d’activités humaines allant de la culture du quinoa dans les Andes à la collecte des plantes médicinales sur le « toit du monde » (les crêtes du Pamir au Tadjikistan) en passant par les stations de ski européennes.

La publication Comprendre les sols de montagne, publiée par la FAO avec le concours du Secrétariat du Partenariat de la montagne, du Partenariat mondial sur les sols et de l’Université de Turin, renferme une multitude d’études de cas du monde entier couvrant les questions humaines, productives et géologiques.

Il s’agit d’une contribution à l’Année internationale des sols 2015, qui vise à sensibiliser le public à la nécessité absolue de préserver une ressource naturelle essentielle qui est une source de nutriments et de micro-organismes sans lesquels l’agriculture et la vie végétale ne seraient pas possibles.

« Les sols de montagne sont particulièrement sensibles au changement climatique, à la déforestation, aux pratiques agricoles non durables et aux méthodes d’extraction des ressources qui affectent leur fertilité et provoquent la dégradation des terres, la désertification et les catastrophes telles que les inondations et les glissements de terrain, ce qui entraîne la pauvreté », écrit dans la préface de l’ouvrage M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

Le livre vise à « promouvoir la gestion durable des sols de montagne en faveur des peuples de montagne qui sont souvent marginalisés, non inclus dans les processus de prise de décisions et les programmes de développement, et de plus en plus touchés par des catastrophes liées au sol », écrit de son côté M. Ermanno Zanini, expert en matière de glaciers et de risques naturels et professeur émérite à l’Université de Turin.

Le livre décrit les principales caractéristiques des systèmes de sols de montagne, leur valeur d’un point de vue environnemental, économique et sociale, les menaces auxquelles ils sont confrontés et leur patrimoine culturel.

Études de cas : de l’agroforesterie aux hautes technologies

Des études de cas présentées par des membres du Partenariat de la montagne montrent notamment comment le café cultivé sous couvert forestier améliore la conservation des sols.

Elles montrent aussi le surprenant pouvoir de stockage du carbone de la côte écossaise balayée par le vent, ainsi que la viabilité de la culture itinérante dans les Chittagong Hill Tracts au Bangladesh. Autre étude de cas : les tourbières inhabituelles au Lesotho.

Deux programmes d’assistance technique de la FAO sont également mentionnés :

  • celui qui a introduit un système d’agroforesterie abattis-paillis qui a remplacé les pratiques de cultures sur brûlis dans des pans entiers de l’Amérique centrale,
  • et une cartographie de haute technologie de l’érosion indiquant les points névralgiques au Viet Nam et qui a permis aux agriculteurs de changer la façon dont ils s’occupent des caféiers, réduisant ainsi fortement l’écoulement de surface.

D’autres études de cas se concentrent sur la géologie du sol. Un programme au Népal montre que la plantation d’herbes locales et d’arbres à croissance rapide et dont les larges feuilles fixent l’azote est une stratégie de conservation plus efficace que la plantation traditionnelle de forêts de pin, car le fait de planter des espèces de feuillus à croissance rapide empêche les sols épuisés de la région de former des croûtes d’argile qui ne conservent pas l’eau pendant la saison sèche mais exacerbent les risques de glissements de terrain pendant les pluies de mousson.

Une analyse de la baisse rapide du nombre de pasteurs végétariens qui élèvent des bovins « Bargur », dans le sud de l’Inde, montre que ce phénomène est dû à la réglementation qui leur refuse l’accès aux forêts. Il s’agit d’une illustration de la valeur de l’écosystème complexe et des services sociaux que ces pasteurs avaient rendus pendant des siècles, y compris un modèle de pâturage cyclique inhabituel qui permet, d’une part, aux agriculteurs de bénéficier du fumier de manière opportune et, d’autre part, de réduire les risques d’incendie dans les forêts de montagne. La réduction du nombre d’éleveurs a eu des conséquences néfastes : elle a incité les agriculteurs locaux à utiliser plus d’intrants chimiques dans leurs champs ; elle a permis aux espèces envahissantes de remplacer la flore et les herbes indigènes ; et elle a rendu plus diffuse la pratique du braconnage dans les zones de forêt.

Un autre chapitre se penche sur les répercussions des sports d’hiver sur les écosystèmes alpins. Le livre explique que le damage des pistes compacte la neige et réduit sa capacité d’isolation du fait de la congélation du sol sous-jacent. En outre, la charge en éléments nutritifs de la neige artificielle est différente de celle de la vraie neige, ce qui est susceptible d’affecter les variétés de la flore d’été après la fonte.

Les montagnards sont les gardiens des traditions et des promoteurs d’innovations

« La relation des peuples de montagne avec leur sol est profondément enracinée dans leur patrimoine et, au fil des siècles, ils ont élaboré des solutions et des techniques qui se sont révélées être des éléments essentiels de résilience », écrit Thomas Hofer, coordonnateur du secrétariat du Partenariat de la montagne. Le livre met en lumière les solutions et les techniques, les pratiques autochtones, les connaissances et les approches de gestion durable des sols ainsi que les moyens d’orienter les communautés locales vers de meilleurs modèles de gestion des terres.

Le problème du surpâturage dans l’ouest du Mexique a été affronté en promouvant la culture de l’agave. La plante sert à fixer le paysage permettant ainsi à d’autres cultures de pousser avec plus de succès, tandis que les paysans ont réduit leurs troupeaux grâce aux revenus provenant des ventes d’agave aux producteurs de mezcal et de tequila.

Les sols de montagne sont généralement moins fertiles que les basses terres. Leurs pentes abruptes accélèrent l’érosion avec des répercussions plus larges sur les zones en aval.

Alors que les paysages de montagne sont parfois des habitats difficiles, le résultat de leur abandon par l’homme est déplorable. Plus de 40 pour cent des exploitations agricoles dans les Alpes européennes ont été abandonnées au cours des deux dernières décennies du 20e siècle, ce qui a provoqué le grignotage des anciennes prairies par la forêt. Les chercheurs ont constaté que le résultat net fut une plus faible capacité de stockage du carbone pour les émissions de gaz à effet de serre produites ailleurs.

« Les avantages procurés par les sols de montagne en bonne santé vont au-delà des régions montagneuses et contribuent au bien-être du monde entier », écrit en guise de conclusion Ronald Vargas, un des experts du sol de la FAO.

Le livre recommande une approche basée sur le paysage pour la fourniture de services écosystémiques, la promotion de mécanismes qui compensent les communautés de montagne pour la séquestration du carbone, la conservation de la biodiversité, la lutte contre l’érosion et la protection des sources d’eau procurées par leurs systèmes de gestion durable des sols.

Auteur

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Source : notre-planete.info,

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_4298_conservation-sols-montagnes.php

Publicités