Quand l’Union Européenne nait de l’espionnage américain

L’idée de l’Union Européenne n’a jamais été européenne. Vendue aux européens, comme une idée généreuse qui donnerait plus de poids aux nations de l’Europe sous la même bannière, elle n’est en fait que le moyen trouvé à Washington de mieux dominer le vieux continent. L’article qui suit, relayé par l’un des candidats à Asselineaula présidentielle française de 2017, François Asselineau, le démontre de manière irréfutable. La construction européenne telle qu’elle a été envisagée n’est que le prolongement de la domination de l’état profond américain sur le monde, notamment par la culture mondialiste.

Les « américains » ont donc rêvé d’une Europe atlantiste soumise à leur volonté qui serait une forme d’excroissance de l’Empire. Nous en arrivons ainsi à mieux comprendre non seulement l’impossibilité, dans la forme actuelle,  d’une Europe sociale de l’équité qui apporterait le bien-être aux peuples des différents pays du continent mais également toute idée de réforme des structures. Elles ont été bâties pour mettre à genoux les peuples qui envisageraient leur indépendance. Et l’union monétaire rêvée par Rockefeller a fini par voir le jour au détriment des intérêts nationaux. Mais cette main-mise serait incomplète sans une catégorie de personnel (dirigeants politiques, économiques, financiers, administratifs) qui prenne en charge une vraie politique d’intérêts protégés.

C’est le  programme Young leaders mis en place en 1981, sous couvert de « dialogue actif » entre les deux rives de l’Atlantique, qui formera le personnel qui sera chargé de défendre les intérêts de l’Empire. La naissance de la French-American Foundation en 1976 à Washington a ainsi permis de recruter plus de 400 dirigeants issus du monde de la haute fonction publique, de l’entreprise, des médias, de l’armée et de la recherche. Et depuis cette date, la plupart de ceux passés par cette « usine » seront les plus ardents défenseurs d’une Union Européenne qui n’a jamais apporté le moindre début de solution aux peuples européens.

Drapeau européen brûléL’étonnante liste de noms passés par ce « brain-washer » (« laveur de cerveaux ») correspond très exactement à ceux qui sont ou ont été en charge de « convertir » les français. Ils sont ou ont été en politique, dans les affaires, dans les média et là où les décisions les plus importantes sont prises. Il est tout de même intéressant d’y trouver autant de noms différents du monde politique qui ont ou ont été aux plus hautes affaires, pour ne citer qu’eux, notamment François Hollande, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Roux, Matthias Fekl, Pierre Moscovici, François Léotard, Éric Raoult, Valérie Pécresse, Marisol Touraine, Arnaud Montebourg, Najat Vallaud-Belkacem ou encore entre autres, et non des moindres, le candidat aux présidentielles françaises de 2017 Emmanuel Macron.

Mais le monde de la sécurité, des média ou des affaires ne sont pas en reste. Ainsi, on retrouvera pêle-mêle les Denis Olivennes, Christine Ockrent, Laurent Joffrin, Erik Izraelewicz, Bernard Guetta, Emmanuel Chain, Jérôme Clément, Annick Cojean, Jean-Marie Colombani, Sylvie Kauffmann, Yves de Kerdrel, Henri de Castries, Laurent Cohen-Tanugi, Nicolas Gaume, Stéphane Israël, Jean-Noël Jeanneney, Pierre Kosciusko-Morizet, Marie Lajus, Anne Lauvergeon, Philippe Le Corre, Frédéric Lemoine, Pierre Mariani, Alain Minc, Philippe Naudet, Olivier Nora, Pierre Richard, Pascal Riché.

Ainsi, nous avons réuni là tout ce qui fait le pouvoir d’influence de décision réelle. Média, édition, entreprises stratégiques, banques, stratégies politique et économique diverses. Et lorsque l’on sait que les « Young leaders » ont formé de l’autre coté de l’Atlantique le couple Clinton, il est impossible d’y rester indifférent en prétendant qu’il ne s’agit que d’une structure inoffensive destinée à mieux se comprendre des deux côtés de l’océan. Il suffit de s’intéresser au parcours de chacun de ceux qui y sont passés pour mieux comprendre son utilité…



Des fédéralistes européens financés par des chefs de l’espionnage américain

Des documents déclassifiés du gouvernement américain montrent que la communauté du renseignement des États-Unis a mené une campagne dans les années 1950 et 1960 pour favoriser l’unification de l’Europe. Celle-ci finança et dirigea le Mouvement fédéraliste européen.

Par Ambrose Evans-Pritchard

Les documents confirment des soupçons émis à l’époque : en coulisse, l’Amérique travaillait avec acharnement à pousser la Grande-Bretagne à s’intégrer à un État européen. Un memorandum, daté du 26 juillet 1950, donne des instructions pour une campagne visant à promouvoir un véritable parlement européen. Il est signé par le Général William J. Donovan, chef du Bureau américain des services stratégiques en temps de guerre (OSS), l’ancêtre de la CIA.

Certains de ces documents, découverts par Joshua Paul, chercheur à l’Université de Georgetown à Washington, avaient été mis à disposition par les Archives nationales américaines. Le principal levier de Washington sur l’ordre du jour européen était le Comité Américain pour une Europe Unie (ACUE : American Committee on United Europe), créé en 1948. Donovan, qui se présentait alors comme un avocat en droit privé, en était le président.

Le vice-président, Allen Dulles, était le directeur de la CIA pendant les années 1950. Le comité comptait parmi ses membres Walter Bedell Smith, le premier directeur de la CIA, ainsi que d’anciennes personnalités et des responsables de l’OSS qui travaillaient par intermittence pour la CIA. Les documents montrent que l’ACUE a financé le Mouvement européen, l’organisation fédéraliste la plus importante d’après-guerre. En 1958, par exemple, l’ACUE a assuré 53,5 % du financement du mouvement.

L’European Youth Campaign, une branche du Mouvement européen, était entièrement financée et contrôlée par Washington. Son directeur belge, le Baron Boel, recevait des versements mensuels sur un compte spécial. Lorsqu’il était à la tête du Mouvement européen, Joseph Retinger, d’origine polonaise, avait essayé de mettre un frein à une telle mainmise et de lever des fonds en Europe ; il fut rapidement réprimandé.

Drapeau européen brûlantLes dirigeants du Mouvement européen – Retinger, le visionnaire Robert Schuman et l’ancien premier ministre belge, Paul-Henri Spaak – étaient tous traités comme des employés par leurs parrains américains. Le rôle des États-Unis fut tenu secret. L’argent de l’ACUE provenait des fondations Ford et Rockefeller, ainsi que de milieux d’affaires ayant des liens étroits avec le gouvernement américain.

Paul Hoffman, directeur de la Fondation Ford et ex-officier de l’OSS, fut également à la tête de l’ACUE à la fin des années 1950. Le Département d’État y jouait aussi un rôle. Une note émanant de la Direction Europe, datée du 11 juin 1965, conseille au vice-président de la Communauté Économique Européenne, Robert Marjolin, de poursuivre de façon subreptice l’objectif d’une union monétaire.

Elle recommande d’empêcher tout débat jusqu’au moment où « l’adoption de telles propositions serait devenue pratiquement inévitable ».

Ambrose Evans-Pritchard – Bruxelles
Daily Telegraph, le 19 septembre 2000

Traduit de l’anglais par Laurent Dauré.

Source : Des fédéralistes européens financés par des chefs de l’espionnage américain

Publicités