Corsica eterna*

Le poète chantait « le ciel, le soleil et la mer » mais oubliait la majestueuse montagne qui fait corps à Palasca avec la nature pour faire de ce petit coin de paradis corse, le sanctuaire de la beauté. L’île de beauté ! La Corse n’a probablement jamais aussi bien porté ce qualificatif qu’à Palasca. Un petit havre du bout du monde où tout respire nature préservée. Préservée du temps et des hommes…

Les vicissitudes du modernisme et du temps qui passe, de l’industrie et de la pollution « rampante ». De tout cela, Palasca a su s’en prémunir. Ce petit coin que la main tortueuse des hommes a épargné, reste oublié de l’outrance que le siècle dernier a fait à la nature. Palasca, c’est le retour aux sources, à la pureté de la nature, à l’eau si claire traversant les fonds marins de sa limpidité !

PALASCA PRIMAVERA2Et cette terre corse millénaire nous rappelle à notre humanité première ! Par air, par mer, par terre ; par les chemins escarpés du maquis corse la beauté exquise s’offre à notre ravissement ; petite parcelle de cette bonne vieille terre échappant à la logique destructrice du temps qui passe…

Sur les routes de la Balagne

Tourisme, culture et patrimoine étant intimement liés, c’est d’une nouvelle relation aux territoires et paysages naturels et humains dont il s’agit ici. L’histoire et la matérialité des héritages, leurs densités même, est la preuve, à ciel ouvert, des identités. Si la conservation du souvenir est la continuation du passé dans le présent, la mémoire fixe le temps des hommes. Les anciens n’avaient-ils pas souvent répété qu’elle était une sorte de survivance active du passé dans le présent ?

Situé dans la région de Balagne, à environs 20 kms de L’ile Rousse (Isula Rosa), Palasca est un petit village très pittoresque accroché à l’importante chaîne qui sépare la Balagne du Giussani, depuis le lieu-dit San Antonio qui se trouve sur la commune limitrophe de Belgodère.

Corse2Le village, construit au creux de la montagne, à une altitude moyenne de 400 mètres, avec des maisons qui font son caractère, possède une façade maritime d’environ 10 kms de côtes au nord de l’embouchure de l’Ostriconi, la partie occidentale du désert des Agriates (un site classé) jusqu’à la Punta di l’Acciolu, incluant du sud au nord l’anse de Peraiola, l’anse de Vana, l’anse de Pinzuta et l’anse d’Arbu. Ce territoire recèle encore plusieurs bergeries et, au nord de la plage de l’Ostriconi, les ruines de magazini, constructions qui autrefois servaient à stocker les produits des récoltes destinés à l’exportation.

Sa plage de sable blanc et fin est l’une des plus remarquables de l’île. Sa côte déchiquetée jusqu’à la grande plage de sable de Lozari, ainsi qu’une multitude de criques aux eaux cristallines, fait de sa façade maritime l’une des plus prisées de Corse. Cette région comporte une zone protégée, propriété du conservatoire du littoral, d’environ 2,3 km de côtes, autour du lieu-dit « Funtana di Licciola », délimitée à l’ouest par le ravin de Valla Mozza et par un point culminant à environ 550 m à l’est de la Punta d’Arco (320 m).

_DSC2030La Corse authentique

Parmi les richesses antiques du pays, depuis l’époque romaine avec pour micro-capitale la ville portuaire d’Isula Rossa, fondée par Pasquale de Paoli, héros de la Corse, appelé « U Babbu di a Patria », le « Père de la Patrie », l’on trouve un site marin exceptionnel. Plus loin aux confins de la région de Balagne, la ville historique de Calvi, sur son rocher.

Au cœur de cette alternance de collines et de courtes plaines, mais aussi de rochers, de monts et de pitons, on peut découvrir toutes sortes de sites remarquables fortement inscrits dans le paysage, tels le village historique de Belgodere, ou bien Santa Reparata di Balagna, Monticello, Costa, Occhiatana, Ville Di Paraso, Speluncata, Aregno et Sant’Antonino, un village médiéval fondé, dit-on, par les Maures et de typologie architectonique orientale. Il y a également Pigna, village corse par excellence et véritable centre international de musique et de polyphonie antique. Tout cela fait du pays Corse un pôle touristique d’exception dont la démarche environnementale en est l’atout principal.

L’esprit du voyage

PALASCA PRIMAVERA1Ressentie esthétique ou émotionnel, témoin d’une œuvre combinée de la nature et de l’homme, d’un moment architectural ou d’une ferveur spirituelle, attitude de l’âme en situation, ainsi les voyages nous offrent de découvrir autant de paysages, plus paysages de l’âme que géographiques, nous rapprochant de l’humain et de ses réalisations, itinéraires qui font l’authenticité d’une aventure à la découverte de la terre et des humanités qui la composent.

A Pigna au début de chaque mois de juillet on y célèbre le festival Festivoce consacré aux chants du monde. A travers les ruelles du village, dans les plus belles architectures baroques de Balagne, le village de Pigna reçoit les plus belles voix du monde. C’est l’occasion de découvrir les endroits les plus pittoresques du village, de l’auditorium à la place du village et ses jardins ainsi que son théâtre, un ancien enclos à bétail

France Montegrosso CorseÀ Montegrosso vers la mi-juillet – Fiera di l’Alivu, la foire de l’Olivier, mise sur le savoir-faire local en matière de production oléicole. Depuis de nombreuses années le foyer rural de Montegrossu contribue à faire de A Fiera di l’Alivu, une manifestation rurale et identitaire de renom et de qualité et contribue à faire connaitre les savoir-faire. C’est l’occasion de découvrir le patrimoine en suivant les circuits à thèmes organisés en Balagne, comme la route des sens authentiques, la route des artisans ou encore la route des vins.

Les artisans se rassemblent début août à Aregnu pour y célébrer l’amande et ses produits dérivés lors de Foire de l’amandier, Fiera di l’Amandulu. Depuis deux siècles, la culture et le négoce de l’amande ont assuré au village, une prospérité dont témoigne son patrimoine. L’amandier et ses produits dérivés venus d’anciennes traditions alimentaires locales, y sont célébrés par des professionnels et des artisans, rivalisant de savoir-faire.

Les rencontres de Musique de Calenzana, musiques classiques et contemporaines, sont l’héritière d’une longue tradition. La vallée « Pieve d’Olmia« , dispose d’un patrimoine naturel et architectural de grande valeur que les organisateurs valorisent par la musique. Ainsi, tous les ans, plusieurs concerts sont organisés dans plusieurs villages des alentours.

France Corse ile_rousse_et_pharePlusieurs expositions et ventes collectives de peintures, sculptures et gravures sont ouvertes au public lors de la Rencontre d’art contemporain de Calvi, de début juin à fin août. Mais début juillet c’est Calvi on the rock ou quand les expériences originales et technologiques se marient avec la musique électronique. Ou encore pour les amoureux de Chants Polyphoniques A l’iniziu c’era a voce les voix de Corse et du monde se conjuguent.

A Santa Reparata chaque début de mois d’août, les grands noms de la musique classique se donnent rendez-vous pour des concerts en plein air pour écouter les plus grands airs de la musique classique dans des sites exceptionnels à la Piazza di l’Olmu et au Théâtre de Verdure.

Le Festival du film de Lama fut fondé en 1994 par quelques habitants du village passionnés de cinéma. Ici, le thème principal est la ruralité, le cinéma de la campagne à la campagne. Des longs métrages inédits sont programmés en avant-première ou rarement diffusés. Une compétition de courts métrages, des documentaires, mais aussi des programmes pour enfants, des tables rondes, des conférences, des rencontres professionnelles, des animations musicales… et la convivialité en prime. Des projections en plein air, en pleine nature, entre ciel et terre.

Les rencontres de théâtre du Giussani mêlent œuvres contemporaines et classiques. Encadrés par des metteurs en scène, artistes et techniciens, ce stage de réalisation est une expérience unique, riche d’échanges et de savoir-faire, programme présenté au public début août dans les villages du Giussani.

Viens chez moi

C’est une maison très classique à Palasca, elle date de plus de trois siècles, rafraichie jusqu’au XIX°, habillée de crépi depuis les années 70. Du rez-de-chaussée, tout est à l’ancienne avec de belles voûtes. L’entrée principale est habillée de croisée d’ogives au fond d’un couloir de 11 mètres.

Et en se retournant, on y découvre depuis la première cour d’entrée un clocher campanile baroque qui tient d’avantage du minaret réinterprété. Deux siècles d’Islam jadis dans l’île y ont laissé une trace indélébile et une influence stylistique et architectonique. Ici, nous ne sommes plus en Europe…

En dessous un très grand figuier protecteur, des amandiers, et sous le couvert deux sources privées sous arcades de pierres voutées, de la pierre sèche… Et là, la méditation se fait légère et douce.

A l’étage, depuis la chambre trois fenêtres ouvrant sur la vallée, avec mésanges qui viennent manger dans la main, que de douceur, que de lumière !

DSC1432Au crépuscule, du haut de la grande terrasse à l’arrière de la maison on y contemple la côte de l’Ostriconi, avec la mer toute proche, sublime beauté au sable fin et blanc. Ce spectacle du couchant ! Lumière d’hiver ou d’été ! Tout s’enflamme…

Veduta da Palasca1M.C.B

*Le titre en langue corse signifie Corse éternelle

La maison décrite dans l’article est la Casata Maestrali :

Résidence Palasca, Haute Corse, 20226 Palasca

Adresse mail : residence.palasca@gmail.com
Publicités

Une réflexion sur « Corsica eterna* »

Les commentaires sont fermés.