La fin d’un monde…

ou la leçon de courage et d’éthique en politique (1ère partie)

Les nations n’existent que par leur éthique, sans cela elles sont vouées à disparaitre! Ahmed Chawki (dit l’Emir des poètes)
إنما الأمم الأخلاق ما بقيت…  فإن همو ذهبت أخلاقهم ذهبوا – أحمد شوقي

Le fait le plus important du vingt et unième siècle est sans aucun doute ce qui façonnera le monde pour des dizaines d’années, la reconnaissance officielle de l’entrée de l’Iran dans le club des plus grands du monde à la suite de la signature de l’accord sur le nucléaire en 2015. Et, par cet accord contraint et forcé, les États Unis et son camp admettent pour la première fois depuis 1979, et la révolution iranienne, le principe d’un monde multipolaire qui inclut la principale force montante, membre des pays non alignés et du monde musulman.

Par M.C.Belamine

Cette intrusion iranienne sur le devant de la scène a été façonnée par la confiance des iraniens en leur destin. Leur choix de la souveraineté a été payant et risque d’influer un nombre croissant de pays dits mineurs. Pendant plus de trente-cinq ans, l’Iran a été accusé de tous les maux et attaqué avec tous les moyens possibles et inimaginables par ses adversaires, étouffé, mis sous embargo, interdit de commercer, interdit d’avoir des relations internationales normales, interdit d’exister dans le concert des nations sans oublier une propagande agressive dans toutes les langues et dans l’immense majorité des média.

Rien n’a été épargné à ce pays qui réussit malgré tout à s’en sortir par le haut en amenant la grande puissance américaine à se trouver quasiment en situation de « zugzwang », comme on dirait dans une partie d’échecs ; c’est-à-dire que l’adversaire n’a aucun autre iranchoix, tous ses coups sont forcés ! Et c’est en traitant d’égal à égal avec la première puissance mondiale et ses laudateurs que l’Iran a acquis le droit de dire son mot à la table des grands !

Pourtant, qu’a été l’Iran qui a résisté à la superpuissance américaine ? En 1980, ce pays était entrainé dans une guerre qui le mettait à genoux, huit ans plus tard il était exsangue, démoralisé, détruit en partie, son armée étêtée. A croire que le miracle est un mot persan car pendant le même temps tous les pays du Golfe, alliés de son adversaire, ne semblaient pas perturbés par la « déflagration à leur porte » qu’ils ont contribué à alimenter tout en bénéficiant des retombées de la manne énergétique dont étaient absents l’Iran et l’Irak en guerre dans les années quatre vingt. Aujourd’hui, une majorité de ces pays tremble devant la puissance irrésistible de leur voisin qui s’installe comme le nouveau maitre des « lieux » !

Mais rien de cela n’aurait été possible sans la vaillance et le courage du peuple syrien, de son armée et de son chef d’État, Bachar Al Assad. 2013 et 2016 sont les deux années qui ont fini de mettre à terre la superpuissance américaine. Septembre 2013 devait en finir avec la résistance de la Syrie dans sa guerre qui déciderait du sort du monde post Yalta. « Cent pays, cent agences de renseignement, cent média, cent milliards de dollars », c’est la formule qu’utilise l’analyste panarabe, Nasser Kandil, pour dire l’équation que devait résoudre la Syrie et ses alliés de l’axe de la résistance. Mais pour la toute première fois de son histoire, l’armada états-unienne rentrera au bercail sans livrer de guerre effrayée par l’état de préparation de la Syrie, du Hezbollah, de l’Iran et de l’implication Russe quasi directe.

La fin du « grand méchant loup »

La fin d’un monde c’est la fin évidente de la superpuissance américaine. La loi des vases communicants s’impose car son espace est grignoté par la Chine, la Russie et l’Iran. L’ « Oncle Sam », c’est un pays ultra endetté, démoralisé par autant de défaites en autant de guerres durant les trente dernières années, subissant une profonde crise politique, économique, financière et morale interne et qui n’a plus aucune réponse politique à neoconsproposer pour porter son grand rêve de domination pour le siècle à venir. Le mythe du PNAC (Project for the New American Century – Projet pour le Nouveau Siècle Américain) sorte d’étendard des néoconservateurs rêvant d’une Amérique aussi vraie que les « cartoons » devenues la référence mythologique portée par le cinématographe en l’absence d’idées pour rebâtir un cinéma et un art plus humain quand il ne reste plus que l’irréel et l’impossible à servir.

Un pays qui ne sait plus proposer concrètement de projet, de rêve, d’envie ou de donner envie à un esprit sain de le suivre. Tous ses choix sont brutaux qu’il s’agisse de politique ou d’économie ! C’est ce qu’on appellerait en arabe le « Moufliss », celui qui, réellement, n’a plus rien à proposer. Or, ce terme peut s’utiliser à tous les sens, au figuré comme au propre tellement la pauvreté a conquis toutes les strates de la société américaine. A ce sujet, le nombre d’Américains qui ne peuvent s’alimenter qu’avec des timbres alimentaires est passé de 17 millions en l’an 2000 à plus de 47 millions de nos jours, soit 30 millions de plus en l’espace de 17 ans ! La fin de la classe moyenne entrainera le pays vers le précipice. En 1989, la dette par rapport au revenu de la famille américaine moyenne était d’environ 58 pour cents. Aujourd’hui, elle est de 154 pour cents.

Le déclin inexorable des États Unis

Bien entendu, ce pays est encore, mais pour combien de temps encore ( ?), une grande puissance militaire, politique, économique, financière, culturelle, médiatique, mais plus la première sur le plan économique, ni même sur le plan militaire. Il reste cependant un pays qui est encore capable de détruire, malheureusement, tant que ses intérêts sont menacés. Pour cela il utilise tous les moyens, les plus détestables sont souvent son choix majeur. L’invention de la guerre de quatrième génération permettra aux États Unis de continuer à prétendre à la domination par une propagande massive et en utilisant des « mercenaires » pour appliquer sa politique « impériale » génère le chaos mais n’apporte aucune solution géostratégique ou géopolitique !

Non, les États Unis ne sont plus ce qu’ils étaient, même Hollywood ne parvient plus à inventer de mythes ou d’histoires crédibles. Ce pays est probablement l’un des plus détestés au monde mais il ne le sait toujours pas, tout comme ne le savent pas ses laudateurs, tant est leur impuissance à influer sur quoi que ce soit, eux qui continuent de croire qu’il n’existe point de salut en dehors de la bannière étoilée ! C’est cela la raison qui pousse à l’hystérie tous ceux qui n’admettent pas que les USA soient rejetés. Ils ne sont même pas conscients qu’il s’agit d’un « rogue state » (état voyou) selon les critères des américains eux-mêmes. En fait, c’est à croire que les élites américaines n’ont inventé ce terme et concept que pour désigner l’état voyou qu’ils sont devenus. Un état qui est devenu une sorte de repoussoir, comme un épouvantail, et ne donne plus du tout envie de rêver…

Comment donner envie aux autres lorsque les difficultés en interne s’accumulent inexorablement. Observons juste l’état de délabrement moral d’une société envahie par le crime massif, son apologie à l’écran et la multiplication de héros toujours aussi violents et de plus en plus désabusés. Une société envahie également par l’obésité de ses habitants, ce mal qui finira par la rendre impotente tant le taux d’adultes obèses aux États-Unis n’arrête pas de progresser. En 2014 il était, selon l’institut Gallup de 27,7%, le taux le plus élevé depuis le début des études sur le poids des habitants du pays en 2008. Il était de 25,5% en 2008 grimpant inexorablement d’année en année.

obesity-in-americaLe constat de l’institut est que le pourcentage de personnes obèses et en surpoids établi à 62,9% avec « davantage de personnes en surpoids passées dans la catégorie obèse. » Les chiffres sont effrayants. Les estimations sont passées de 19,4 % en 1997 à 33,8 % pour les adultes et 17 % pour les enfants, en 2008. Tenir compte de ces paramètres ne signifie aucunement exprimer une détestation quelconque d’un peuple donné mais mettre en évidence ce que l’élite d’une nation fait ou a fait qui rend tellement exécrable ses grands choix et apporte des pistes de compréhension de sa chute inévitable vers une fin terrible. Tous les indicateurs tendent vers le même constat. Le retour de bâton semble imminent !

L’éthique comme philosophie politique

Mais il n’est pas la seule explication d’une chute aujourd’hui avérée. La puissance d’un État se mesurant à la puissance de ses alliés également. Or, les principaux alliés des États-Unis sont tous dans une impuissance totale, une implacable faiblesse et fébrilité qui rend leur existence future aléatoire. Ils ont commencé par confier leur destin à leur allié, pensant probablement qu’il aurait quelque égard pour eux au moment des difficultés, mais c’est mal connaitre la tradition américaine dans sa gestion des relations avec ses alliés qu’elle vend pour sauver ses intérêts.

Il n’est que de se rappeler de ces chefs d’état dépositaires de l’ordre américain. Qui n’a pas oublié la fin terrible du Chah d’Iran se cherchant un petit coin pour finir ses jours ? Lui, le terrible empereur, serviteur zélé et matraque de Washington dans les rues de Téhéran et au Moyen Orient ? Qui se souvient encore de l’humiliante fin de Moubarak l’égyptien et de son compère Morsi en cet Égypte se prenant pour la mère du Monde alors qu’elle n’était que le vassal zélé de « l’Oncle Sam » ? Qui se souvient encore du tout-puissant tunisien Benali ou du panaméen Noriega, deux généraux se croyant invincibles par la grâce du parapluie américain ? Et le dominicain Trujillo, qui le garde encore en mémoire, lui le loyal pendant trente ans avant une fâcherie qui « décapitera » son autorité ? Pourtant, ils étaient tous de très zélés « administrateurs locaux » de la puissance yankee…

Nous sommes là très exactement au cœur des questions de relations internationales où, sans éthique, nous nous retrouvons à penser aux lois de la jungle. Le plus fort imposant toujours sa « vérité » peu en importe le prix. Et c’est précisément ce qui fait basculer les équilibres comme nous l’assistons. Le vent de renouveau venu de l’Est, par la Russie et du Sud-Est par l’Iran redonne sens et noblesse à l’action politique. Que ce soit à travers Poutine ou Khameneï, les nouvelles équations mondiales imposent une approche qui repose sur la parole donnée et les pactes signées en interdisant les coups bas. Les engagements sont la parole donnée que l’adversaire doit respecter.  C’est la nouvelle réalité indépassable car la sanction est immédiate.

Basculement irrémédiable

Nous l’avons vu lors de toutes les crises opposant le camp atlanto-sioniste au camp de la résistance. Chaque écart de conduite de l’ « Empire » a bénéficié immédiatement à son adversaire. Les cas les plus flagrants sont les crises du nucléaire iranien et de la presqu’ile de Crimée. Et aujourd’hui en Syrie, l’irrespect presque systématique de tous les accordsune quasi tradition américaine, obligeant Moscou à publier le texte des arrangements,  ouvre un « boulevard » aux tenants du multilatéralisme et réduit de plus en plus la place des américains et de ses alliés.

Le basculement définitif est devenu réalité, mais il n’est même pas perceptible pour ceux qui croient encore en la puissance illimitée de l’ « ogre » américain à l’inverse de ceux qui lisent dans les « interstices » des rapports de force mondiaux la dynamique des puissances montantes s’installant de façon irréversible comme les leaders du basculement mondial. Il s’agit là d’une lame de fond charriant un mouvement perpétuel qui emporte tout sur son passage. En effet, rien ne résiste à la dynamique du changement qui repose trumpsur des règles quasi mathématiques et des lois physiques immuables. L’élection de Donald Trump, personnalité atypique, en est la parfaite expression. Il est celui par lequel l’Empire américain se consumera. Cependant, tout cela restera invisible pour le grand public, le « storytelling » a remplacé l’information.

A l’inverse, le retour de la Russie sur le toit du monde politique et militaire n’est que le résultat d’une montée en puissance, fruit de réformes profondes remettant en question les fondements même de l’idéologie soviétique tout en reprenant langue avec la dimension historique du peuple russe. Ce pays a su faire sa mue pour inverser la dynamique de son histoire. Pour l’Iran, les immenses défis auxquels il était confronté lui ont donné la chance de pouvoir corriger sa marche en avant en rectifiant son positionnement politique tout en apprenant de ses erreurs à vouloir exporter une révolution non encore aboutie. L’Iran a compris que sa révolution serait exemplaire lorsqu’elle s’imposerait d’abord à son peuple par ses réalisations scientifiques, culturelles, industrielles, militaires, tout en maintenant le cap des principes qui l’ont fondé : la liberté et la dignité des peuples.

Nouvelles équations mondiales

Dans cet ensemble mondial où le règne de la terreur a débuté avec l’absence de contrepoids à la superpuissance unique, par la symbolique de la destruction du mur de Berlin, des signes très favorables redonnent espoir aux peuples du monde. Le retour de la Russie, l’émergence de la Chine, les héroïques résistances de l’Iran et de Cuba, la coalition des BRICS, le réveil des peuples d’Amérique du Sud, la fierté souveraine de l’Algérie qui inspire les peules africains, les ruades de certains pays tels les Philippines ou la Turquie traditionnellement pro-américains, tout cela jette les bases d’un ordre mondial réellement nouveau où la voix des peuples pourraient être mieux entendue.

Mais le chemin a été long et parsemé d’horreurs et de destruction. La « fin » du mur de Berlin correspond très exactement à la mainmise des néoconservateurs et le déclenchement du martyre du peuple irakien. Le prétexte en était un ancien allié des États guerre-iran-irakUnis, feu le président Saddam Hussein, dont la mission était de détruire l’Iran ou à tout le moins l’affaiblir. Dès la mission accomplie la logique américaine reprenait le dessus. Et du chaos irakien pour le peuple de ce pays, véritable bourbier pour l’armée US, naitra la logique de guerre par procuration, et celle de quatrième génération, qui emploiera des « sous-traitants » financés par les outils de l’Empire, l’Arabie des Al Saoud et Qatar entre autres, entrainés et organisés par d’autres « alliés » tels que la Turquie, l’entité sioniste, la Grande Bretagne, la France…etc.

Le Maitre du jeu intervenant « de plus haut », supervisant, orientant, informant. La première expérience était afghane, elle eut tellement de « succès » qu’elle fut reconduite là où la stratégie Us devait se déployer en Europe (Bosnie et Kosovo, ex-Yougoslavie), en Afrique arabe (Algérie, Libye, Tunisie, Égypte, Soudan), en Asie arabe (Syrie, Liban, Irak).

D’Al Qaïda à Daech, la diabolique marche en avant de l’horreur a étendu l’action américaine et le sentiment de puissance de l’ordre atlantiste en prenant appui sur le mécontentement des peuples pour introduire des logiques d’exclusion et de terreur. L’invention du « djihadisme » international, sorte de voyoucratie criminelle issue de l’idéologie de la secte « islamo-talmudique » wahabite, a perverti les esprits au sein de la famille musulmane pour y installer une haine féroce de l’autre et son exclusion, pour peu qu’il soit différent ou pense différemment.

(A suivre)

M.C.B.

Publicités