La dernière danse avant les portes de l’enfer…

Selon Nasser Kandil, l’un des vétérans de la presse libanaise et arabe, un des tout meilleurs analystes du monde arabe et musulman tout en étant quasiment dans le « secret des dieux » de la façon dont l’axe de la résistance réfléchit sur le plan stratégique, l’étape suivante verra la libération de Jérusalem-Est par l’installation de la résistance armée palestinienne dans cette ville. Cela risque de constituer le point de départ de la fin du projet sioniste en Palestine qui pourrait s’effondrer sans guerre destructrice. Il considère que les États-Unis par leur décision ont quasi officiellement admis que désormais ils se battraient pour la défense de l’état colonial en Palestine derrière le mur de séparation. Et, selon lui, le temps joue pour l’axe de la résistance…

Mais au-delà de tout ce qui se dit, la réalité est qu’à Al Quds/Jérusalem l’avenir de trois pays se joue : L’entité des Al Saoud dans le Hedjaz et le Najd, dite « l’Arabie Saoudite », la colonie sioniste en Palestine dite « Israël » et l’entité des Amériques dite « États-Unis d’Amérique », trois « créations » de l’ex-Empire Britannique. C’est donc véritablement l’avenir du Monde qui se joue…

Trump et JérusalemLa décision du président américain Donald Trump de déplacer l’Ambassade américaine de Tel Aviv à Al Quds/Jérusalem relève en effet du dernier acte stratégique américain dans la défense de la colonie sioniste. La loi « Jerusalem Embassy Act of 1995 » qui reconnaissait Al Quds comme capitale de la colonie sioniste, votée à une très large majorité du Congrès américain en octobre 1995, n’a jamais été mise à exécution par aucun président américain, Trump compris, avant cette date, non par manque de volonté mais par la nécessité de créer les conditions idéales pour parvenir à une reconnaissance de l’environnement arabe du fait accompli colonial. On considèrera cela la stratégie du soft power.

La fin d’une hypocrisie majeure

Le mérite de la décision prise par l’Institution américaine est de mettre un terme à la perte de temps des négociations qui n’avaient aucune chance d’aboutir en remettant à l’ordre du jour la réalité de la question de la colonie occidentale au Moyen Orient. En d’autres termes, poser clairement les termes de l’affrontement de deux projets irréconciliables en admettant la survie d’un seul projet, Palestinien ou sioniste ! Or, toute la stratégie américaine consistait à mettre en place une élite politique et intellectuelle arabe totalement acquise à l’idée de la légitimation de l’état colonial installé en 1948 mais jamais légitimé par les populations locales, propriétaires de la terre.

ARAFATL’idée essentielle était de contenir toute contestation armée en entraînant d’abord les palestiniens à accepter le fait de la négociation produisant un mouvement de « capitulation » et d’adhésion de l’environnement arabe, pris en charge par les états arabes eux-mêmes. Mais la persistance de la résistance armée, après la mise en échec du fer de lance palestinien qu’était le mouvement Fatah en 1993 à Oslo, obligera les stratèges américains à déployer une série de mesures qui provoqueront une multitude de guerres américaines au Moyen Orient, dont certaines déclenchées par la colonie sioniste avec la bénédiction et le financement des pays du Golfe et l’approbation de l’Égypte, entre autres.

L’histoire s’est accélérée depuis quelques années, après les différentes tentatives d’annihiler les mouvements de résistance tels que le Hezbollah, Hamas ou le Jihad islamique. Mais la stratégie américaine n’allait pas s’arrêter au seul fait militaire, ce qui était en jeu c’était l’environnement de la résistance et son prolongement dans les pays qui la portaient à bout de bras, essentiellement la Syrie qui accueillait et sponsorisait toute la résistance armée palestinienne mais également l’Irak et l’Algérie sur les plans politique et culturel et la Libye sur le plan financier. Quant à l’Égypte et la Tunisie, leur importance dans le Monde Arabe était notamment liée à l’activisme de certaines de leurs élites intellectuelles et à leur population viscéralement pro-palestienne. Ainsi, la stratégie d’endiguement (« containment »), d’infiltration et de retournement allait emprunter deux axes majeurs. Elle était essentiellement confiée à l’Arabie des Al saoud et au Qatar.

Stratégie pour une société arabe soumise au sionisme

الجزيرةLe premier axe était le champ politique qui devait créer un « environnement culturel » perméable à une forme de normalisation avec une entité de fait existante. Et le rôle a été dévolu aux média arabes qui ont poussé comme des champignons dans les années deux mille, quasi totalement financés par les Al Saoud, pour anesthésier la conscience politique des masses arabes. Mais le rôle décisif était tenu par le Qatar avec sa chaîne de télévision Al Jazeera. C’est ainsi que pour la première fois le téléspectateur arabe accueillait comme une évidence des images d’officiels de la colonie sioniste sur leur petit écran. Le premier acte fondateur de la normalisation était ainsi posé dans l’inconscient du téléspectateur arabe.

Le deuxième axe d’importance symbolique majeur était vital pour toute la stratégie de « brainwashing » (lavage de cerveau) et complétait la première étape. Il sera pris en الانذال ضد بشار الاسدcharge par les prédicateurs saoudiens qui useront d’un discours « pseudo radical », essentiellement sociétal dans un premier temps, qui se concentrera sur la séparation confessionnelle pour créer les conditions d’une fracture à l’origine d’un climat social violent interne qui était censé préparer l’environnement arabe et musulman à une opposition chiite/sunnite pour briser la continuité confessionnelle qui existait dans l’espace de la résistance. Ils enchaînaient également sur le statut d’Al Quds/Jerusalem pour en minimiser l’importance spirituelle dans la conscience des musulmans.

Cette approche avait pour but de semer le doute par ricochet sur l’Iran, le pays le plus exposé dans l’opposition aux États-Unis et à la colonie sioniste. Mais sa priorité était d’abord de réduire l’influence du Hezbollah comme expression d’une résistance capable d’infliger des défaites à ses ennemis. L’associer au confessionnalisme et non à la résistance en le réduisant à un rôle d’outil de « l’hérésie chiite » iranienne, c’était faire d’une pierre deux coups. Les Frères Musulmans devaient en recueillir les fruits sur le plan politique en garantissant la sécurité de la colonie sioniste suite à l’accord passé avec l’alliance atlanto-sioniste sous l’égide de la Turquie en 2010, selon Nasser Kandil.

Et c’est l’environnement favorable, lié également au sentiment d’abandon des populations par leur état, qui a permis dans un premier temps de déclencher l’opération « Printemps arabes » qui n’a touché que les pays arabes « plutôt » souverains ou dont le poids était décisif ou alors dont la population était totalement acquise, pour des raisons culturelles et historiques, à la cause palestinienne. Or, le premier test grandeur nature avait déjà eu pour cadre l’Algérie dans les années quatre vingt dix. Et, au-delà de toute considération de politique interne, le but était de tester la résistance de la société et de l’état.

Destruction programmée de toute résistance Arabe

Ce qui était en jeu était le démembrement d’un pôle majeur dans le Monde Arabe de l’opposition à la colonie sioniste. Ainsi, on apprendra entre autres que la France était déjà impliquée dans la conception du projet soutenue financièrement par le Qatar et l’Arabie Saoudite. On apprendra même de la bouche d’un membre important de la rébellion armée, Abdelhak Layada,  pris en charge au Maroc que cet état était de la partie. Et c’est là que l’on comprend, avec le recul nécessaire, les paroles clefs de l’ancien Roi Hassan II lorsqu’il regrettait l’interdiction du Front Islamique du Salut (FIS) en janvier 1992, qu’il voyait comme celui d’un test de laboratoire.

C’est ainsi que sont tombées comme un fruit mûr, à partir de 2011, la Tunisie et l’Egypte sans affrontement militaire alors que la Libye a nécessité l’intervention directe de l’OTAN. Quant YEMEN 10-12-11 KARMAN NOBEL PRIZEau Yémen, le basculement n’a pu être définitif avec la prise en main des Frères Musulmans malgré la forte implication américaine qui leur rendra hommage à travers le prix Nobel offert à la journaliste yéménite Tawakkol Abdel-Salam Karman, membre de la section Yéménite des Frères Musulmans, Al Islah. Le mouvement Houthi comprenant le subterfuge brouillera les cartes de l’Empire en rééquilibrant les rapports de force. Quant au Bahreïn dont le soulèvement n’était pas prévu au programme, tant son importance stratégique au Golfe est essentielle, il sera considéré comme un dégât collatéral et la gestion de la crise sera confié aux saoudiens uniquement sous l’angle sécuritaire avec comme paravent la question confessionnelle.

Le dernier épisode de la stratégie de destruction de l’environnement hostile au projet sioniste était l’os qu’a constitué la Syrie. Pour garantir son succès, le projet concentrera toute la puissance de feu de tous les lobbies qu’ils soient politiques, financiers, militaires, économiques ou médiatiques. Une guerre inouïe qu’aucun pays dans toute l’histoire n’a jamais expérimentée. Sur le plan politique les États-Unis ont réuni plus de 100 pays. Sur le plan médiatique, plus de 90% des média tenaient le même discours. Sur le plan financier et logistique, l’argent coulait à flots et jamais aucun déplacement d’hommes armés n’a été aussi bien coordonné en étant issus de près d’une centaine de pays. L’armement n’a jamais manqué. Nous savons aujourd’hui que les arsenaux américains, britanniques, français, belges, bulgares et de quasiment tous les pays de l’OTAN ont été ouverts aux mercenaires pris totalement en charge par l’OTAN.

Nous savons également que les arsenaux de Libye, du Qatar, d’Arabie Saoudite, des Émirats Arabes Unis et de bien d’autres pays ont inondé les champs d’affrontement. Nous savons avec certitude que des instructeurs détachés des pays de l’OTAN et de la colonie sioniste ont servi à la préparation des hommes tout comme des camps d’entraînement installés en Europe, dont la Turquie, ou en Jordanie ont été mis à la disposition des futurs combattants. Nous savons que les satellites ont fourni des informations précieuses aux hommes sur le terrain qui étaient dans beaucoup de cas dirigés par des officiers saoudiens, turcs, qataris, américains, français, britanniques et autres ou dont la coordination se faisaient à travers des officiers du renseignement des pays de l’OTAN. Nous savons que les stratégies de guerre étaient préparées dans deux quartiers généraux, l’un en Jordanie et l’autre en Turquie. Bref, nous avions là, la répétition grandeur nature d’une guerre mondiale sur le sol syrien.

L’importance de la destruction de la Syrie était à la hauteur de la décision portée par Trump aujourd’hui et visant le même but, faire officiellement d’Al Quds/Jerusalem la capitale d’un état colonial protégé par Washington pour liquider définitivement la mémoire palestinienne. C’est pourquoi il était essentiel en priorité de morceler les nations constituant la base arrière de la résistance. Il fallait effectivement éliminer toute contestation organisée possible. Car la décision américaine est presque plus importante que ce qui a modelé le Monde Arabe par les accords de Sykes/Picot et a une valeur supérieure à la promesse de Lord Balfour. Les États-Unis ont décidé par le passage en force, s’il le fallait, de graver dans le marbre la perrénité du fait colonial et la fin du rêve palestinien.

L’axe de la Résistance dicte sa loi

L’accélération de l’histoire, telle que nous l’observons depuis quelques mois, est passée par la mise en orbite nécessaire de plans de rechange pour effacer les échecs répétés des armées de la terreur, prises en charge par l’alliance atlantique et ses annexes sous différentes dénominations (Daech, Al Nosra, Armée Syrienne Libre…etc). C’est d’abord la IRAQ-KURDS-VOTEcréation d’un état Kurde, mort-né malgré une cinquantaine d’années d’investissement américano-sioniste, puis par le kidnapping saoudien du premier Ministre libanais, Saad Hariri, pour créer le chaos au Liban enfin la toute dernière option de retournement d’alliance de l’ancien président Yéménite, Ali Abdallah Salah, dans une ultime tentative pour rééquilibrer les rapports de force face au Front de la résistance, qui réduit totalement l’influence américaine et celui de ses outils dans la région, pour clore définitivement le dossier palestinien.

Et c’est à ce moment précis qu’intervient la déclaration du président américain. L’Institution américaine n’avait plus d’autre choix, la montée en puissance de l’axe de la résistance soutenu par des alliés de poids tels que la Russie et la Chine l’obligera à mettre fin à l’option politique sur le dossier de la Palestine. Et, comme le dit si bien Nasser kandil, « les États-Unis ont désormais décidé de se battre cachés derrière les murs  » de la colonie. Ainsi, toute la stratégie déployée depuis au moins 1995, avec la signature quasi unanime au Congrès américain de la fin de toute négociation sur le statut d’Al Quds/Jerusalem et la liquidation de la question palestinienne, prend définitivement fin avec la proclamation solennelle de Donald Trump. Et ce qui était au départ l’expression de la puissance insolente des États-Unis et de leur Empire au sommet de leur domination du Monde est aujourd’hui l’affirmation définitive de son extrême faiblesse car incapable d’offrir des perspectives après toute une série de défaites militaires et stratégiques sur tous les terrains d’affrontement.

Par ailleurs, si nous devions pousser plus loin l’analyse, nous finirions par comprendre que le projet sioniste ne peut qu’être vital pour un pays comme les États-Unis car il en est Woundedknee1891la copie conforme. Toute l’histoire de ce pays, le mythe qui l’a fondée et a cimentée son unité, est bâtie sur l’idée de l’innocence d’un peuple, ayant traversé une tragédie, qui a réussi par son génie et son sacrifice à vaincre l’adversité et à dompter une terre peuplée de sauvages. L’histoire des États-Unis serait l’histoire de la civilisation et de la pureté d’un peuple héroïque. Cette symbolique fondamentale est celle qui raconte la colonie sioniste en Palestine. L’histoire et la tragédie d’un peuple dont la souffrance est récompensée. Les peuples autochtones sont sacrifiés dans la construction du projet colonial américain comme ils le sont pour le projet sioniste. Leur mémoire étant progressivement effacée.

Mais le mouvement de contestation des populations autochtones s’amplifiant, il annonce la fin du projet sioniste car il remettra sur la table tous les accords. L’incroyable aveuglement américain et celui de la colonie sioniste sous-estiment l’ampleur de la réaction qui montera crescendo. L’idée que le mécontentement des populations arabes et musulmanes cessera, car à bout de souffle, après deux à trois semaines est une hérésie en termes d’analyse par manque d’appréciation du poids symbolique d’Al Quds. A la vérité, pour les stratèges l’erreur prend sa source d’expériences précédentes qui ont montré leur limite. La différence de taille est que les élites politiques palestiniennes se retrouvent aujourd’hui au pied du mur, forcées de suivre un mouvement qui les dépasse. Or, l’axe de la résistance plus que jamais renforcé par ses victoires sur tous les terrains se concentre aujourd’hui entièrement à la Palestine. Et c’est le combustible qui a manqué lors des précédentes expériences. Le peuple palestinien sait désormais que son soulèvement sera victorieux. Car toute « guerre » se gagne ou se perd d’abord au mental !

Al Quds PalestineLe risque pris par les stratèges américains est énorme car Al Quds unit des populations diverses qui, au-delà de leurs profonds désaccords, placent ce lieu sacré en dehors de toute manipulation et de toute concession. Tous les efforts financiers, médiatiques, culturels, politiques..etc énormes consacrés à créer une fracture profonde dans la communauté arabo-musulmane s’évanouissent immédiatement de par la nature même de ces populations qui réagissent dans leur très grande majorité de façon émotionnelle. Et lorsque l’émotion prend le dessus, la conviction qui la porte est indestructible. Elle en devient un raz-de-marée pour peu qu’elle soit canalisée par un discours et une stratégie politiques à la mesure de l’événement.

Ainsi, lorsque le feu prendra sur toute la terre de Palestine pour se propager dans le Monde arabe et musulman jusque dans les territoires occidentaux, il n’y aura plus rien à négocier car les portes de l’enfer se seront ouvertes pour les États-Unis dans la colonie sioniste en Palestine. Donald Trump a probablement exécuté la dernière danse d’un Empire qui vacille…

M.C. Belamine

Publicités