Archives du mot-clé Al-Qods

Le compte à rebours a commencé pour Washington et Tel Aviv…

Plus rien ne va plus pour Washington, Tel Aviv et leurs alliés au Moyen Orient. Ils ont joué avec le terrorisme pour déployer leur stratégie de conquête et de remodelage de la région, ils ont récolté une nouvelle configuration où l’adversaire gagne, prend du poids et impose son agenda. L’histoire de l’entité sioniste s’écrit désormais en pointillés. La dernière « leçon de choses » magistrale du Hezbollah aura répondu à toutes les interrogations de l’alliance américano-sioniste. C’est désormais le mouvement libanais de résistance, devenu puissance régionale « monstrueuse », qui, avec ses alliés régionaux et internationaux, décidera du sort de la région, de son avenir et de la date de libération de la Palestine.

Palestine libreLes palestiniens l’ont déjà compris en « libérant » Al Aqsa, lieu saint de l’Islam, c’est ce qu’ils disent en l’investissant par milliers, une véritable marée humaine, pour reprendre possession du symbole palestinien par excellence. L’événement se conjugue avec la libération par le Hezbollah du Jouroud Arsal au Liban, un point stratégique à la frontière syrienne qui devait permettre à l’entité sioniste d’imposer, grâce à ses milices « islamistes », un contrôle accru de sa profondeur stratégique sur les hauteurs libanaises mitoyennes de la Syrie. Cependant, tout va de travers pour Tel Aviv et ses alliés « arabes » et occidentaux. Son pire cauchemar s’impose à « ses frontières ». Le Hezbollah libanais et les gardiens de la révolution iraniens sont à un jet des lieux les plus sensibles de la « plus grande base américaine au monde », comme le rappelle certains analystes.

Lire la suite Le compte à rebours a commencé pour Washington et Tel Aviv…

Publicités

Avant la tempête ?

Une chose est au moins sûre, le Moyen orient retient son souffle avant la riposte du Hezbollah à l’assassinat d’un de ses leaders martyrs Samir Kuntar, ancien prisonnier dans les geôles « israéliennes » pendant près de trois décennies. Le leader du parti de la résistance libanaise Seyyed Hassan Nasrallah l’a promis, l’air très grave, la riposte se fera c’est une certitude « la résistance choisira le moment opportun ».

Tous les analystes en sont arrivés à la même conclusion, le Hezbollah ne veut pas de guerre, notamment en raison de son implication dans sa défense du Liban depuis le territoire syrien, mais sa stratégie a déjà été arrêtée précédemment, il ne tolère plus les assassinats de ses cadres et militants quitte à risquer de se retrouver engager dans une guerre qu’il ne souhaite pas mais à laquelle il se dit prêt.

Lire la suite Avant la tempête ?