Le jeu pervers de Monsanto

Monsanto et les autorités de régulation connaissent la cancérogénicité du glyphosate depuis 40 ans

D’après le nouveau document des chercheurs Anthony Samsel et Stéphanie Seneff, Monsanto et les instances de régulation connaissaient la cancérogénicité du glyphosate depuis près de quarante ans.

Anthony Samsel est le premier chercheur indépendant ayant pu examiner les études de toxicologie secrètes de Monsanto sur le glyphosate. Il a obtenu ces études, qui ont été refusées aux autres enquêteurs, par l’intermédiaire d’une requête à son sénateur. Avec le Dr Stephanie Seneff du MIT, sa coéquipière de recherche, ils ont vérifié les données de Monsanto.

Samsel et Seneff ont conclu que « la preuve significative de tumeurs a été observée au cours des études de Monsanto. »

Toutefois, ajoutent-ils, « pour créer le doute et cacher la signification statistique des résultats gênants, qui auraient pu bloquer l’homologation du produit », Monsanto a introduit les données non pertinentes du contrôle historique d’autres expériences. Ces données étaient celles d’animaux des groupes témoins d’expériences sans rapport, qui avaient été menées dans des conditions très différentes.

Cette pratique a eu pour effet de créer le bruit expérimental [une grande dispersion dans les valeurs des résultats, NdT] qui a annulé les conclusions statistiquement significatives de l’accroissement des tumeurs dans toutes ces expériences.

Dans diverses expériences d’études sur le cancer, Samsel et Seneff ont découvert qu’en fonction des besoins, afin d’écarter à coup sûr les résultats défavorables, Monsanto avait introduit des données non valables provenant de 3, 5, 7 et même 11 contrôles d’étude sans rapport.

Dans certains cas, Samsel et Seneff ont remarqué que les contrôles internes des expériences montraient un taux de zéro tumeur, alors que les résultats pour les groupes traités au glyphosate montraient une augmentation statistiquement significative de tumeurs. De cette manière, grâce à ce que Samsel et Seneff appellent la « magie malhonnête de considérer que les résultats des études sont compatibles avec des données de contrôle historique d’études sans rapport », les résultats des études de Monsanto ont été « jugés mystérieux et sans rapport avec le régime au glyphosate ».

Dans leur document, Samsel et Seneff ajoutent :

« L’introduction de ces variations dans les données a efficacement neutralisé les résultats gênants, et a ainsi permis la mise sur le marché du produit. S’ils n’avaient pas mis au point cette escroquerie, le glyphosate n’aurait jamais pu être homologué. »

Samsel et Seneff notent aussi un désaccord au sein de l’US EPA (Agence de protection de l’environnement US) sur la sécurité du glyphosate : « Les documents de l’EPA montrent qu’il n’y a pas eu l’unanimité des avis en faveur de l’homologation du produit. Certains membres du comité d’examen du glyphosate de l’EPA n’ont pas approuvé son homologation. Ceux d’avis contraire ont signé « ne concordent pas ».

Pratique expérimentale boiteuse

L’utilisation des données de contrôle historique pour faire rejeter des résultats significatifs statistiquement montrant des nuisances lors d’une expérience, est une pratique aberrante puisque varient les facteurs cruciaux des expériences, comme la composition alimentaire et les contaminants, les conditions de laboratoire, et les différences génétiques animales. Même l’année de mise en œuvre de l’expérience peut affecter les résultats. L’introduction de données de contrôle d’expériences sans rapport sert uniquement à créer un « bruit » expérimental qui masque les données montrant les nuisances créées par l’expérience en question.

Pour ces raisons, même l’OECD (Office of Environmental Compliance and Documentation), qui a conçu des protocoles des expériences de l’industrie des pesticides, déconseille dans toute expérience les pratiques servant à faire rejeter les conclusions de nuisance statistiquement significatives.

Or, le recours de cette manière à ce genre de données est une pratique courante dans les processus d’examen réglementaires des pesticides et des autres produits chimiques. Il y a plusieurs années, lors d’études de l’industrie sur le glyphosate, une autre équipe de chercheurs indépendants, incluant Claire Robinson de GMWatch, avait constaté que la même pratique avait servi à Monsanto et aux instances de régulation pour écarter des conclusions de malformations congénitales.

Les effets ne dépendent pas toujours de la dose.

Un autre phénomène, sur lequel a probablement compté Monsanto et les instances de régulation pour masquer les effets cancérigènes du glyphosate dans les études vérifiées par Samsel et Seneff, a été le fait que, selon les données de leur nouveau document, le nombre de tumeurs n’est pas lié à la dose ingérée par les animaux. Dans certains cas, la dose moyenne produit moins de tumeurs que la faible dose, bien que les deux engendrent plus de tumeurs que chez les animaux témoins (ne recevant pas de glyphosate).

Dans le cas de malformations congénitales, l’industrie et les instances de régulation se sont appuyées sur l’absence de « linéarité dose-réaction » pour rejeter l’augmentation de malformations chez les animaux traités au glyphosate, car elle n’avait aucun rapport avec la quantité de produit chimique ingéré.

Cela a probablement été utilisé de la même manière pour rejeter les tumeurs chez les animaux traités au glyphosate.

Or, cette notion est scientifiquement obsolète. Il est d’ores et déjà bien connu que certaines substances sont plus toxiques à faible dose qu’à forte dose, en particulier quand la perturbation du système endocrinien (hormonal) est impliquée. L’organisme de régulation n’a pas comblé son retard avec cette notion, qui est connue des scientifiques indépendants depuis le début des années 1990.

Comment le glyphosate provoque-t-il le cancer ?

Samsel et Seneff concluent leur nouveau document en expliquant des mécanismes biologiques faisant que le glyphosate pourrait induire le cancer. Ceux-ci incluent la capacité du glyphosate à lier (chélater) le manganèse, à réduire sa biodisponibilité, ce qui pourrait contribuer à faire des dommages oxydatifs aux cellules. Le cancer pourrait en résulter.

Dans leur document, les auteurs concluent : « Nous pensons que les preuves disponibles justifient un réexamen du compromis bénéfice/risque en ce qui concerne le recours au glyphosate pour limiter les mauvaises herbes, et nous préconisons de réglementer beaucoup plus strictement le glyphosate. »

Le nouveau document d’Anthony Samsel et de Stéphanie Seneff, « Glyphosate, les voies vers les maladies modernes IV : Cancer et pathologies apparentées », est disponible en ligne (pour ceux qui lisent le charabia anglais) :

http://www.researchgate.net/publication/283490944_Glyphosate_pathways_to_modern_diseases_IV_cancer_and_related_pathologies

 GMWatch, Claire Robinson

Original : www.gmwatch.org/news/latest-news/16515-monsanto-s-secret-studies-reveal-glyphosate-link-to-cancer
Traduction Petrus Lombard

Source : Monsanto et les autorités de régulation connaissent la cancérogénicité du glyphosate depuis 40 ans | Réseau International

Publicités