L’Iran, ce pays que vous ne connaissez pas !

La machine de propagande américaine et ses affidés du monde occidental sont l’arme de destruction du sens commun par excellence! Le laid devient beau,  le terroriste devient révolutionnaire, le patriote devient « fachiste », les agressions deviennent de l’autodéfense et le faible est forcément dangereux quand il se défend. Bref, près d’un siècle de mensonges finit par se retourner contre le menteur comme le boomerang revient à son propriétaire et l’information vérifiée émerge et met à nu le mensonge institutionnalisé par les média mainstream…


Hé, vous savez quoi ? Ils vous ont menti à propos de l’Iran !

young-filmmakers-working-on-the-streets-of-Tehran
Jeunes cinéastes travaillant dans les rues de Téhéran

Avez-vous déjà envisagé la possibilité que presque tout ce que les médias occidentaux vous ont dit sur le monde ne soit que mensonge et pure invention ?

Je suis sûr que vous l’avez fait, du moins ces derniers temps, alors que la folie de la propagande occidentale devenait très claire et évidente. Mais qu’en est-il de l’étendue de l’endoctrinement auquel vous avez été soumis ?

Par André Vltchek

Si vous vivez en Europe ou en Amérique du Nord, jusqu’à quel point êtes-vous empoisonné par les mensonges au sujet de Cuba et du Venezuela, de la Russie et de la Chine, de la Corée du Nord et bien sûr – au sujet de l’Iran ? Êtes-vous encore récupérable ? Si vous voyez la vérité, si vous étiez confronté à la réalité, seriez-vous encore capable de la reconnaître, ou la percevriez-vous comme de la propagande et des mensonges ?

Je viens de quitter Téhéran, ville d’une histoire et d’une culture formidable, débordant de musées, de théâtres, de parcs merveilleusement entretenus et parsemés de sculptures d’art moderne. C’est une ville avec des transports publics modernes et entièrement subventionnés, composés de métros high-tech, de bus écologiques et de trains de banlieue. Une ville de grands arbres, de places tranquilles, de cafés élégants et de gens extrêmement éduqués et aimables.

beautiful-urban-landscape-of-Tehran
Beau paysage urbain de Téhéran

Une ville qui pourrait facilement faire partie des dix villes les plus importantes de la planète si ce n’était la capitale d’un pays que l’Occident tente de détruire, d’abord avec des sanctions injustes et draconiennes, puis qui sait, même par une invasion militaire.

Que savent la plupart des Occidentaux au sujet de l’Iran ; que leur a-t-on dit ? Je pense que l’image que les médias de masse veulent projeter est celle de « l’Iran – un pays musulman radical, une sorte d’Arabie Saoudite chiite », ou peut-être pire. Bien pire, car l’Arabie Saoudite, l’allié arabe le plus proche de Londres et de Washington, ne peut être touchée en Occident, quelle que soit la barbarie et le terrorisme qu’elle répand dans le monde entier.

Ceux qui connaissent Jeddah et Téhéran riraient d’une telle comparaison. L’Arabie Saoudite et sa semi-colonie Bahreïn, malgré leurs richesses pétrolières, sont parmi les sociétés les moins clémentes de la planète, la misère côtoyant la vulgarité répugnante de la démonstration extrême de la richesse.

L’Iran est un pays socialiste par essence. Il est internationaliste, en pleine solidarité avec de nombreux pays opprimés et en lutte sur notre planète. Non, je ne parle pas seulement de la Syrie, du Yémen ou de la Palestine ; je parle de Cuba et du Venezuela, parmi tant d’autres. Vous ne le saviez pas ? Ce n’est pas surprenant : vous n’êtes pas censé savoir !

modern-bus-train
Train et bus modernes

On s’attend aussi à ce que vous restiez dans l’ignorance du système social iranien, clairement socialiste. Une éducation et des soins médicaux gratuits, des transports publics et une culture largement subventionnés, d’immenses espaces publics et, dans une certaine mesure, un gouvernement fort et, au moins en partie, une planification centralisée.

Malgré ces sanctions absolument injustes et terribles qui lui ont été imposées, avec quelques interruptions, par Washington et ses alliés, l’Iran fait tout ce qu’il peut pour prendre soin de son peuple. Et malgré les terribles épreuves que subissent les Iraniens, ils ne trichent pas et ne volent pas. Le taux de change s’est effondré après que Washington ait imposé une autre série de sanctions aberrantes, déclenchant des frustrations, voire des manifestations. Mais la majorité des Iraniens sait qui est le véritable coupable. Et ce n’est un secret pour personne que la soi-disant opposition est souvent financée par l’Occident.

La plupart des visiteurs ne comprend rien à propos de la monnaie locale ou des taux de change. Je ne fais pas exception. Je donne simplement mon portefeuille aux chauffeurs de taxi ou aux serveurs, et ils ne prennent que ce qui est dû. J’ai vérifié avec mes collègues iraniens : et le montant qui est pris est toujours juste.

Les Iraniens n’affichent pas de  « fierté arrogante » ; mais ils montrent une fierté déterminée, décente et patriotique d’une nation ayant des milliers d’années de grande culture qui sait parfaitement bien qu’elle est du bon côté de l’histoire.

On vous a dit « à quel point l’Iran est religieux » ; je suis sûr que si. Mais contrairement à l’Arabie Saoudite ou à l’Indonésie, on ne vous jette pas la religion au visage ici ; on ne l’agite pas comme un drapeau. En Iran, la religion est quelque chose d’interne, de profond, qui s’exprime humblement et sans bruit. Alors que les mosquées de Jakarta diffusent quotidiennement, pendant des heures et en utilisant des haut-parleurs puissants, des sermons entiers, alors que des gens sont maintenant jetés en prison pour avoir même critiqué cette brutale imposition de la religion au grand public, à Téhéran, j’ai à peine pu détecter l’Adhan (appel à la prière). La plupart des Téhéraniennes ne couvrent leurs cheveux que de manière symbolique – un tiers, voire un quart, ce qui leur permet de garder la plupart de leurs cheveux exposés.

Mais l’Occident n’infligerait jamais de sanctions à l’Indonésie ou ne la contrarierait en aucune manière, aussi brutale soit-elle pour son propre peuple : Washington, Londres et Canberra ont déjà ruiné la direction socialiste de l’Indonésie après le coup d’État orchestré par les États-Unis en 1965. Jakarta est maintenant une société docile, turbo-capitaliste, anticommuniste, qui aime la malbouffe et les divertissements merdiques occidentaux. Il n’y a plus rien de public. Les élites ont entièrement volé le pays au nom de l’Occident. Les religions en Indonésie sont utilisées pour soutenir le régime fasciste pro-occidental.

L’Iran est tout le contraire : son interprétation de la religion est  « traditionnelle« , comme elle l’était avant que l’Occident ne parvienne à faire dérailler son essence dans de nombreuses parties du monde. Il est socialiste, compatissant, spirituel et oui – internationaliste.

an-Iranian-lady-having-fun
Une Iranienne qui s’amuse

Contrairement à des endroits comme Jeddah ou Jakarta, où sortir pour manger est maintenant le summum de la vie culturelle (et souvent la seule option pour profiter de la ville), Téhéran offre des cinémas d’art et d’essai de haute qualité (les films iraniens sont parmi les plus grands et les plus intellectuels du monde), des musées et des galeries de classe mondiale, de vastes espaces publics, ainsi qu’un grand nombre d’installations sportives et d’attractions publiques, y compris des parcs magnifiquement entretenus.

Milad-Tower-in-Tehran
Tour Milad à Téhéran

Vous voulez vous accrocher à une corde et survoler une vallée, près de l’une des plus hautes tours de télévision au monde ? Vous pouvez le faire facilement à Téhéran. Vous voulez voir une série des derniers films d’art chinois ? Vous pouvez le faire dans le magnifique palais appelé le musée du cinéma. Ou peut-être êtes-vous tenté par Chekhov ou une pièce de théâtre de Tennessee Williams, si vous comprenez un peu le farsi ? Pourquoi pas ?

Bien sûr, vous pouvez être bloqué dans un embouteillage horrible, si vous êtes amoureux de votre voiture, comme vous le feriez à Riyadh ou à Jakarta, mais vous pouvez aussi traverser la ville dans le confort et à bas prix, à bord du métro super moderne. Vous pouvez marcher sur de beaux trottoirs, sous de grands arbres, dont certains poussent dans des grilles propres qui séparent les allées des zones piétonnes.

couple-holding-hands-in-cafe
Coupe se tenant la main dans un café

Que vous a-t-on dit d’autre ; que vous ne pouvez pas regarder dans les yeux d’une femme ou vous serez lapidés à mort ? Des couples se tiennent la main partout à Téhéran, et des filles contrariées giflent les hommes, par jeu et parfois même sérieusement.

Mais le croiriez-vous, si vous le voyiez ? Ou est-ce trop tard, avez-vous atteint le point de non-retour ?

Un jour, un chauffeur qui m’emmenait de mon hôtel au studio de télévision Press TV, s’est exclamé en désespoir de cause :

« Les Européens qui viennent ici, même pour la première fois : ils ne veulent pas apprendre. Même s’ils viennent en Iran pour la première fois, ils atterrissent à l’aéroport, montent dans ma voiture et commencent à prêcher ; ils m’enseignent mon propre pays ! Ils viennent tous avec la même histoire, avec la même critique de l’Iran. Il n’y a pas de diversité ! Comment peuvent-ils se qualifier de pays démocratiques, s’ils pensent tous de la même manière ? »

traditional-dancers
Danseurs traditionnels

A Téhéran, la diversité de pensée est absolument frappante. Avec mes collègues et mes camarades, nous discutons de tout, de la guerre en Yougoslavie, à l’Amérique latine et, bien sûr, à l’Iran lui-même. Ils veulent en savoir plus sur la Russie et la Chine. J’aime ce que je vois et ce que j’entends – quand les gens sont curieux et respectueux des autres cultures, c’est toujours un bon début !

L’Iran saigne, souffre, mais il est fort. Tout le monde n’est pas d’accord avec la politique gouvernementale (bien que la plupart d’entre eux soutiennent leur gouvernement), mais tout le monde est déterminé à combattre et à défendre son pays, s’il est attaqué militairement ou par d’autres moyens.

a-child-and-mom-at-a-concert-in-Teheran
Un enfant et sa maman lors d’un concert à Téhéran

Chaque fois que je viens ici, j’ai cette irrépressible envie de hurler à mes lecteurs : Venez ici et apprenez ! L’Iran n’est pas parfait, mais il est réel – ici, la vie est réelle et les gens le sont aussi. Grâce à leur culture et à leur histoire, ils savent comment séparer les pierres précieuses de la ferraille, les pensées pures de la propagande, le capitalisme bon marché et mortel des grandes luttes pour un monde bien meilleur. Si vous ne me croyez pas, regardez leurs films ; un chef-d’œuvre après l’autre.

C’est peut-être la raison pour laquelle l’Occident veut ruiner ce pays dans un premier temps, puis le détruire totalement. Pour l’Occident, l’Iran est  « dangereux« . L’Iran est dangereux, voire mortel, pour l’arrangement impérialiste du monde, comme la Chine est dangereuse, comme l’est la Russie, comme le sont Cuba, le Venezuela, la Syrie et la Bolivie.

Ruiner l’Iran ne sera pas facile, je dirais même : cela pourrait s’avérer impossible. Ses habitants sont trop intelligents, déterminés et forts. L’Iran n’est pas seul ; il a beaucoup d’amis et de camarades. Et même les voisins de l’Iran – la Turquie et le Pakistan – changent rapidement de direction, s’éloignant de l’Occident.

Ne me croyez pas sur parole. Venez juste voir. Mais ne prêchez pas : posez des questions, puis, s’il vous plaît, asseyez-vous, écoutez et apprenez ! Ce pays a plus de 7 000 ans d’histoire extraordinaire. Au lieu de le bombarder, lisez ses poètes, regardez ses films, et apprenez de sa position internationaliste ! Ce n’est qu’à ce moment-là que vous déciderez si l’Iran est vraiment votre ennemi ou un bon camarade et ami.

Texte et Photos de Andre Vltchek

Andre VltchekAndré Vltchek  est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il a couvert des guerres et des conflits dans des dizaines de pays. Trois de ses derniers livres sont l’optimisme révolutionnaire, le nihilisme occidental,  un roman révolutionnaire « Aurora » et une œuvre à succès de non-fiction politique: « Exposing Lies Of The Empire » . Regardez ses autres livres ici. Regardez  Rwanda Gambit, son documentaire révolutionnaire sur le Rwanda et la R.D. Congo et son film/dialogue avec Noam Chomsky « Sur le terrorisme occidental ». Vltchek réside actuellement en Asie de l’Est et au Moyen-Orient et continue de travailler dans le monde entier. Il peut être contacté via son site Web et son Twitter.

Source : Hé, vous savez quoi ? Ils vous ont menti à propos de l’Iran !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s