Le compte à rebours a commencé pour Washington et Tel Aviv…

Plus rien ne va plus pour Washington, Tel Aviv et leurs alliés au Moyen Orient. Ils ont joué avec le terrorisme pour déployer leur stratégie de conquête et de remodelage de la région, ils ont récolté une nouvelle configuration où l’adversaire gagne, prend du poids et impose son agenda. L’histoire de l’entité sioniste s’écrit désormais en pointillés. La dernière « leçon de choses » magistrale du Hezbollah aura répondu à toutes les interrogations de l’alliance américano-sioniste. C’est désormais le mouvement libanais de résistance, devenu puissance régionale « monstrueuse », qui, avec ses alliés régionaux et internationaux, décidera du sort de la région, de son avenir et de la date de libération de la Palestine.

Palestine libreLes palestiniens l’ont déjà compris en « libérant » Al Aqsa, lieu saint de l’Islam, c’est ce qu’ils disent en l’investissant par milliers, une véritable marée humaine, pour reprendre possession du symbole palestinien par excellence. L’événement se conjugue avec la libération par le Hezbollah du Jouroud Arsal au Liban, un point stratégique à la frontière syrienne qui devait permettre à l’entité sioniste d’imposer, grâce à ses milices « islamistes », un contrôle accru de sa profondeur stratégique sur les hauteurs libanaises mitoyennes de la Syrie. Cependant, tout va de travers pour Tel Aviv et ses alliés « arabes » et occidentaux. Son pire cauchemar s’impose à « ses frontières ». Le Hezbollah libanais et les gardiens de la révolution iraniens sont à un jet des lieux les plus sensibles de la « plus grande base américaine au monde », comme le rappelle certains analystes.

Toutes les batailles ont été perdues. Même la bataille médiatique qui a rendu très laide l’image d’une entité voulant paraître comme la seule oasis de démocratie exemplaire au milieu de la « barbarie arabe »! Mais il ne reste même plus de miettes pour garantir la survie d’une entité moribonde qui voit le danger non plus seulement hors de « ses Al Aqsafrontières » mais à l’intérieur d’un territoire usurpé par le feu et le sang. L’état virtuel, ne pouvant vivre que sur la violence faite aux autres, les « non-humains arabes », incapable de paix et de guerre aujourd’hui, lui qui n’a ni constitution, ni frontières et qui n’existe que par la grâce du contribuable américain et de la trahison « arabo-musulmane » de roitelets en perte de vitesse, est en manque d’oxygène.

La fin d’une histoire entamée avec le congrès de Bâle en 1897 risque de finir beaucoup plus vite que toutes les prédictions imaginées. Un peuple héroïque à mains nues accélérera la désagrégation d’une construction tenue à bout de bras par tout ce que le monde compte comme puissances financières, politiques et militaires. Plus rien ne peut arrêter la marche en avant des peuples de la région. Les irakiens, les syriens, les libanais et les yéménites le montrent. Les algériens l’ont fait avant eux. Les tunisiens et les bahreïnis sont également sur la bonne voie. Les palestiniens quant à eux entament leur printemps…

Et pour les États Unis, dont l’histoire est identique car forgée sur des mythes équivalents et une atrocité sans nom sur le peuple natif, la fin de l’entité sioniste signera également sa fin car elle remettra en question sa propre existence. Mais la surprise la plus grande est que, peut-être, aucune guerre ne sera nécessaire pour mettre fin à la colonie de peuplement en Palestine car ne pouvant rien face à la volonté de fer du peuple Palestiniens prient à Al Qudspalestinien. Les mouvements de résistance, Hezbollah en tête, ont déjà fait le travail le plus important. Montrer au monde entier que l’entité sioniste n’est qu’un tigre en papier et son parrain américain est aujourd’hui encore plus impotent. Cela est gravé désormais dans la conscience du peuple palestinien (et des peuples résistants à travers le monde) qui sait que le jour n’est pas très loin où son drapeau flottera sur Al Qods/Jérusalem, Capitale de la Palestine…

L’Occident ne peut plus ignorer le Hezbollah

Lors d’un point de presse conjoint avec le Premier ministre libanais, Saad Hariri, Donald Trump a accusé le Hezbollah de déstabiliser le Moyen-Orient au moment où ce dernier est en pleine opération militaire contre les terroristes qaïdistes d’al-Nosra à Ersal. Pourquoi cette campagne de dénigrement ?

Trump et HaririCommentant l’offensive anti-terroriste de la Résistance dans le Qalamoun et à Ersal, on peut mieux comprendre la raison de cette surenchère anti-Résistance. Sputnik revient sur cette offensive qu’il qualifie de « chef d’œuvre militaire ». Le Hezbollah a étonné en effet par la rapidité et la fluidité avec lesquelles il a remporté la bataille à Ersal, une région géographiquement très difficile d’accès et où la victoire militaire du Hezbollah constitue un véritable cas d’école.

Ersal, situé dans la province de la Bekaa, à l’est du Liban, est de longue date une localité isolée où prenaient refuge des délinquants, des fugitifs et des trafiquants. En 2010 et à la veille de la guerre en Syrie, Ersal a totalement échappé au contrôle du gouvernement libanais et est tombé entre les mains des terroristes d’al-Nosra qui en ont fait l’une de leurs principales voies d’approvisionnement en armes et en munitions en provenance de la Syrie. À proximité d’Ersal, se trouve la province de Qalamoun, elle aussi, une région géographiquement très difficile d’accès et souvent couverte de neige tout au long de l’année.

Ersal est la seule ville sunnite de la Bekaa chiite et les maronites en constituent la seconde composante démographique. Cette caractéristique rendait délicate toute opération militaire dans cette région, potentiellement apte à faire le lit des divergences confessionnelles. La notion de « frontière administrative » n’ayant pas trop de sens à Ersal, le trafic s’y même accru après la guerre en Syrie. Des centaines de réfugiés syriens s’y sont installés avec en toile de fond, des terroristes qui se sont infiltrés dans leurs rangs. Même les postes frontaliers ont été très rapidement occupés par al-Nosra qui s’est mis à planifier des attentats à la voiture piégée contre le sud du Liban. Des terroristes takfiristes arrêtés dans la foulée ont tous avoué avoir reçu des ordres depuis leur centre de commandement à Ersal.

Cette no man’s land servait ainsi de foyer de menace contre la sécurité libanaise sans que les partis au pouvoir à Beyrouth osent franchir le pas et agir dans le sens d’une sécurisation de cette région. Or le Hezbollah a décidé d’agir et ceci, de concert avec l’armée nationale qui a pour rôle d’assurer à la population civile protection et assistance en cas de danger.

À l’annonce de la nouvelle de cette offensive, les pro-Occidentaux du Liban s’y sont opposés au motif qu’il y a là le danger d’une guerre d’usure qui irait se répercuter sur la sécurité nationale au Liban. Mais la fulgurance des opérations les a laissé bouche bée.

Opération inédite

Soldats libanais martyrsL’offensive contre al-Nosra a cautionné les analyses selon lesquelles les six ans de guerre en Syrie ont contribué à provoquer « une mutation » dans les rangs de la Résistance : d’une force asymétrique, le Hezbollah est devenu une Armée « tactique », susceptible de « mener des opérations terrestres très complexes mieux que n’importe quelle armée régulière. »

Ersal est un laboratoire de guerre grandeur nature : pour la première fois depuis son émergence, le Hezbollah libanais s’est comporté en une véritable armée « hybride », ayant recours à la fois aux techniques de guerre asymétrique et de guerre régulière. Une rareté dans un monde où les « grandes puissances militaires » souffrent de carences d’effectifs terrestres. En outre, pour la première fois depuis sa naissance, les hauts commandants du Hezbollah mènent leurs opérations depuis un QG qui reste en relation avec les conseillers militaires russes et iraniens. Combinée aux succès militaires des forces de Mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) qui ont largement contribué à la reprise de Mossoul, cette victoire prouve une chose : l’Occident ne peut plus ignorer le Hezbollah au cours de tout pourparler politique à venir. Tout État ayant le désir de se battre contre le terrorisme, et de se battre « réellement » se devra de composer avec la « Résistance ».

Et Israël ?

Hezbollah Takes Control of Al-DarbMais il existe une autre partie qui a tout intérêt à tirer leçon qui s’impose de l’imminente libération d’Ersal : Israël. Avant de vouloir se lancer dans une nouvelle aventure militaire contre le Liban, Israël devra réfléchir à deux fois : le Hezbollah de 2017 n’est pas le Hezbollah de 2000 ou de 2007. Corps paramilitaire à l’origine, le Hezbollah s’est réellement érigé au rang d’une armée qui ne perd pas de vue la Galilée !

Dans le sud de la Syrie, le régime israélien a tout misé sur al-Nosra pour pouvoir contrer la Résistance. Il a même fait appel aux Américains pour qu’ils bombardement des cibles du Hezbollah puis aux Américains et Russes, pour qu’ils instaurent une zone tampon sur ses frontières avec la Syrie. Mais tout ceci n’a pas suffi à vaincre le Hezbollah, ce qui veut dire très clairement que le Liban n’est plus le « parent pauvre » parmi les voisins d’Israël sur qui il pourrait déverser sa folie meurtrière….

Source : L’Occident ne peut plus ignorer le Hezbollah

Publicités